Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 07:52

Je ne sais pas si vous vous rappelez, à la fin des années 90, début des années 2000, le scandale de la prostitution en masse de lycéennes qui était même arrivé au journal télévisé français de 20 heures !!

C'était un exploit à l'époque que des journalistes français s'intéressent à un événement au Japon, à plus de 10 000 kms de leurs nombrils... même s'il est peut glorieux, faut l'avouer.

 

enko00.jpg

* Sortie de cours d'un lycée à la fin des années 90.

 

Revenons à ce scandale. Il était avéré qu'avec l'arrivée des téléphones portables accessibles à tous, la prostitution de mineurs avait grimpé et atteint des taux ahurissants. Ce qui était vraiment le plus déroutant, c'était que ces filles avaient généralement 15-16 ans et ne devaient pas, normalement, à avoir de problèmes d'argent !! Les parents sont là pour ça. Et il s'est avéré aussi, que ces filles étaient majoritairement issues de familles normales, non pas à problèmes ou encore des enfants issus de services sociaux. Ce sont principalement des filles de tous les jours qui ont osées ! Osées, de gagner de l'argent en vendant leurs corps !

 

 

* Comment les lycéennes procèdent-elles pour se trouver des clients ?

 

C'est très simple, à l'époque, internet n'était qu'à ses débuts mais les filles utilisaient la feuille de papier pour diffuser leur numéro de portable. Posé stratégiquement, à l'entrée des bars, sur le tableau des petites annonces d'un magasin, sur un poteau électrique non loin du lycée, etc. Le client intéressé prenait contact avec la famille, ils s'entendaient sur le prix et le lieu du rendez-vous, puis direction le love hôtel, chez le monsieur, derrière un bosquet, etc. Cela marchait tellement bien, et c'était devenu tellement courant, que les clients faisaient même la sortie des lycées et interpellaient les filles qui les intéressaient directement à la sortie des cours...

Pas de mac, pas d'intermédiaire, c'est un contrat direct entre la fille et le client.

Evidemment, après une longue période d'inactivité, la Police est enfin intervenu, et au bout de quelques mois, petit à petit, la prostitution de lycéennes fut retournée à un taux acceptable par la Police. En gros, soyez discrètes et on vous laisse tranquille ?

 

enko01.jpg

* Portables japonais du début des années 2000.

 

 

* Que s'est-il passé avec l'arrivée d'internet ? 

 

Ca y est, la démocratisation d'internet est effectuée depuis le milieu des années 2000, et on a pu voir un autre phénomène. Les lycéennes en majorité sont restées plutôt calmes mais maintenant se sont les étudiantes (qui ont peut-être plus facilement accès à internet que leurs cadettes ? Ou alors comme c'est la même génération ???) qui partent en chasse. Rebelote, cette fois fini les petits papiers, place aux sites internets très simples, accessibles aussi par les keitai (téléphones portables), qui proposent de déposer des annonces de rencontres entre deux adultes consentants... (toussote) Bref, peu importe l'âge, dès 18 ans (la majorité au Japon est à 20 ans), jusqu'à 24-25 ans, de plus en plus de filles utilisent ces sites pour lancer leur business... 

Malgré la fermeture des sites les uns après les autres, ils en ressortent toujours des nouveaux, encore et encore...

Prêt de dix ans se sont passés, et cette prostitution y a gagné un nom : l'Enjokôsai, les filles devenant les Enkô ladies. Ce phénomène continue et continuera sûrement toujours car, il est tout simplement incontrôlable, aucune autorité légale ne pouvant l'endiguer. En faîtes non, on peut l'arrêter, mais les japonais le veulent-ils vraiment ?

 

enko02.jpg

* Message privé d'invitation de la part d'une Enkô lady.

 

 

* Les motivations de ses filles à la dérive ?

 

Qu'on soit bien d'accord, ce ne sont pas des racailles ou des filles laissées pour compte, non. Ce sont des filles au parcours normal, avec une père, une mère attentive, des amis, une scolarité normale, etc.

Mais, mais, la société de consommation pousse les filles à en vouloir toujours plus. Elles n'ont pas réellement besoin d'argent pour se nourrir ou se loger. Ou alors, si pour certaines qui sont dans des universités hors de prix qui même après avoir signé pour un crédit de plus de 10 ans, la vie reste difficile...

Non, c'est le côté bling bling qui ressort des Enkô ladies interviewées. La publicité, la mode, les copines, poussent à toujours acheter plus de vêtements, de sacs de marque, de bijoux, sortir avec leurs copines, aller dans des salons esthétiques honéreux, aller dans le salon de coiffure à la mode, etc. C'est tout ceci qui pousse ces filles à vendre leur corps pour parfois moins de 60 euros... 

 

enko04.jpg

* De très nombreuses japonaises ont des rapports sexuels pour s'offrir... un sac...

 

 

* Petite analyse sans prétention

 

Comme dit plus haut, les Enkô ladies sont des filles de tous les jours donc, il ne faut pas non plus imaginer que se sont des filles avides de sexe. Au contraire, comme vous le savez, les japonaises de base, ne recherchent pas leur plaisir personnel, elles subissent l'acte sexuel. Elles ne prendront du plaisir (et n'en rechercheront) qu'avec de la patience et avec beaucoup d'Amour entre les partenaires. Des vicieuses ? Il y en a très très peu...

Ces jeunes filles, n'en sont pas là, très peu ont été "formées" comme dans le quartier des plaisirs donc en finalité, le plaisir de l'homme ne doit pas être purement sexuel, mais est plus sur le plaisir de domination de la fille. Ou autre, trip bizarroïde dont les japonais ont le secret (utilisation d'objets sexuels, costumes, fétichisme, etc.). Mais heureusement, les débordements sont rares, et les traumatismes peu fréquents. Le terme de "jeu" revient très souvent de la bouche de ses filles.

 

Vous croyez que si le japonais client de base du enjokôsai était violent, ou que s'il martyrisait la prostituée, l'humiliait ou/et la faisait souffrir, ces jeunes filles continueraient à se prostituer juste pour acheter un sac à main ?

Non évidemment, cette prostitution "soft" n'est possible que parce que c'est le Japon et non pas un pays occidental où ses mâles aiment dominer par la force leurs compagnes.

Donc, je vous en prie, pour l'image de la prostituée russe qui souffre (se fait démonter ?) chaque jour à Paris pour survivre, ne la mettez pas dans le même sac que les petites shibuyettes de Tôkyô. Merci pour elle.

 

enko03b.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Nippon Sexe
commenter cet article

commentaires

Alain 18/10/2016 13:27

Très bon article c'est vraie, disons que maintenant grâce ou à cause de site comme Vivastreet ou Sasagite c'est certain que ce n'est pas de s'arrêter. Cela risque d'être difficile d'éradiquer la prostitution de mineur.
Par contre je pense que la prostitution quand elle est évidement choisi, reste indispensable pour une société, il en faut pour des hommes seuls, handicapés, etc...

vinz 05/04/2011 11:01


Article très intéressant (comme les autres !), merci pour le temps que tu passes à les rédiger. On n'en parle qu'ici de ces sujets "tabous" qu'il faut connaitre.


Présentation

  • : Japon Weird
  • Japon Weird
  • : Le Japon, le pays de tous les extrêmes. Venez découvrir la face cachée de ce pays pas aussi propre ni si paradisiaque que l'on veut bien nous faire croire...
  • Contact