Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 06:44

Au Japon, les cabinets de docteurs sont appelés "cliniques". Alors si vous souffrez d'un mauvais rhume, vous devez vous rendre dans une clinique. Derrière cette appellation qui nous français, nous fait penser à un gros bâtiment, les cliniques sont généralement composées d'un accueil et d'une simple salle de soin. Il y a évidemment de grandes cliniques, ces établissement sont généralement spécialisées à un type de maux. Comme par exemple : clinique pour les yeux, les pieds, le cœur, etc. Et enfin, il y a les hôpitaux gérés par les villes. Souvent énormes, ces complexes proposent tous les services pour pouvoir y vivre confortablement sans avoir besoin d'y sortir. On y trouve des conbinis, des magasins en tout genre, des restaurants, des pharmacies, etc., c'est une vraie petite ville à elle seule.

 

byouin01

* L'hôpital japonais, un microcosmos dans la ville.

 

Quand on rentre dans un hôpital, on est d'abord surpris de voir un grand hall comportant des centaines de chaises qui sont alignés devant un énorme bureau long de plusieurs dizaines de mètres.

Derrière, s'y trouve des secrétaires prêtes à monter votre dossier. C'est la case obligatoire pour chaque entrée et sortie de patient. On prend un numéro, on attend, (longtemps) quand on se fait appeler on se présente avec sa carte d'assurée (à récupérer dans sa mairie de quartier) et on explique le problème.

Ensuite, une secrétaire prépare votre dossier et vous demandera de vous rendre dans le service approprié. Toujours accompagné de votre numéro, vous attendez encore dans une salle d'attente où un tableau affichera votre numéro et le boxe où vous devez vous présentez. Dès votre tour, vous vous présentez alors dans un cabinet où vous serez reçu par le médecin. L'attente peut être très très longue, c'est impressionnant de voir comme les patients japonais sont patients (sic).

A la fin de la consultation, vous retournez attendre à l'accueil devant la section pharmacie. Vous ré-attendez alors que votre numéro se ré-affiche et là, on vous ré-appellera pour vous remettre les médicaments prescrits à la pilule prêt. Au Japon, pas de gaspillage, les médicaments sont donnés à la pièce, pas par paquet. Après avoir récupérés vos drogues, on vous demandera d'attendre à nouveau pour passer à la caisse. En effet, si vous n'avez pas de complémentaire, vous devrez payer une partie des frais occasionnés directement sur place.

 

byouin02

* Un immense hall, de nombreux sièges, l'attente peut y être très longue.

 

Si, vos maux nécessitent une hospitalisation, le docteur vous demandera de soit vous présenter au service concerné ou de rentrer chez vous et attendre le coup de fil qui annoncera la libération d'un lit pour vous.

Au Japon, pas de chambre individuel, on vous met dans des chambres avec 4-5 personnes (voir plus) séparées par des rideaux (comme dans les films de guerre). Certes, niveau intimité ce n'est pas top. Mais les japonais sont généralement assez discrets même s'ils sont à quelques mètres de vous (et en train de mourir).

Dans les hôpitaux japonais, les patients restent souvent bien plus longtemps que dans les établissements français. Il n'est pas rare de se voir obliger d'y rester des semaines voir des moi, alors qu'en France vous seriez prié de rentrer chez vous. En effet, il n'existe pas de service d'infirmières à domicile.

Cela paraît très long mais croyez moi, on est bien mieux accueilli et chouchouté que dans les hôpitaux français. Les infirmières ayant d’ailleurs beaucoup plus de sympathie pour leurs malades (et sont souvent très charmantes).

Mais, hélas au niveau chirurgical, la médecine japonaise n'a pas une très bonne réputation. Mais, bon tout peut bien se passer quand même. En effet, comme pour tout au Japon, vous serez surpris par le contraste entre la vétusté de certains outils et équipements médicaux et des machines derniers cris qui peuvent côtoyer des outils datant de la deuxième guerre mondiale...

 

Le mieux étant bien sûr de rester en bonne santé, je pense quand même que si je devais subir une opération importante, je préférerai la subir en France qu'au Japon. Mais si, c'est bénin l'hôpital japonais n'est en rien repoussant.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Santé-famille
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 16:38

C'est normal de payer pour pouvoir suivre des cours dans un établissement privé.

L'enseignement étant normalement plus poussé ainsi que les élèves mieux suivis.

En France, un collège privé (forcément catholique ?!) demande pour chaque élève environ 60 à 70 euros par mois (sans compter le déjeuner). Tandis qu'un lycée en demanderait en général (ça dépend de beaucoup de critères) une bonne centaine d'euros.

N'ayant pas de droit à recevoir une bourse, je me rappelle que pour mes parents, ce n'était pas facile pour eux de m'y mettre. Malgré les aides sociales, etc.

 

Mais, au Japon, mes aïeux, c'est pas comparable à la France.

En plus de frais d'entrée, l'élève doit aussi payer chaque mois les cours.

Et les prix peuvent être complétement indécents. Le pire étant l'université (heureusement que nos universités sont publiques...).

Evidemment, tout dépendra de l'étude, des options et surtout de la renommée de l'école.

Mais les chiffres font mal à la tête.

On comprend mieux pourquoi, tous les lycéens japonais tentent le concours national pour pouvoir entrer dans une université publique.

Car si un jeune japonais lambda désirerait suivre un cursus normal universitaire de quatre ans (on ne redouble pas à l'université sauf si on sèche les cours ou si on a commis des actes répréhensibles graves.), il devra y débourser au minimum des centaines de milliers !! Pas de yens, mais en euros !!!!

Heureusement qu'il y a des tests pour pouvoir entrer dans tel ou tel université pour en freiner quelques uns... Mais, je n'y crois pas trop à cette histoire. Sans pouvoir vraiment affirmer cela, je suppose que les examens (ou les résultats) ne jouent pas grand chose, que c'est un test de principe. Le réel test étant de pouvoir payer la note !!

En étudiant un peu le sujet, j'ai vu que les prix changeaient selon certains critères obscures comme le niveau de connaissance général ?! Les revenus de papa, etc.

 

Par exemple l'université de Sophia, l'une des universités privées catholiques les plus connus au Japon demandait : 1 200 000 yens (env. 10600 euros, ce jour) à l'inscription et 920 000 yens par an (env. 8130 euros, ce jour). Comme les études durent 4 ans. Nous faisons le calcul suivant : 10600+(8130x4) = 43 120 euros !!!!

Juste pour les cours, sans compter le déjeuner, les fournitures scolaire, les frais de la vie courante...

Qui peut offrir une telle somme à son enfant ??? Et pourtant, il y a des parents qui peuvent se le permettre. D'autres, solvables empruntent pour leurs enfants ou pire ce sont les enfants qui sont entêtés des décennies à cause de leurs études !!!

Là, nous sommes dans les extrêmes mais les universités publiques demandent à leurs élèves aussi des mensualités monstrueuses malgré un concours d'entrée inhumain...

 

Au Japon faut avoir de l'argent pour pouvoir faire partie de l'élite !

 

Les frais scolaires au Japon aussi bien dans le privée et de moindre importance dans le publique pourrissent les revenus des ménages.

Mais quel famille refuserait à leurs enfants d'avoir accès à la connaissance qui leur donnera un travail plus ou moins décent selon l'université où l'enfant en est sortie ?!

 

sofia.jpg

* Une université pour l'élite, mais à quel prix ?! $$$$$$$$

 

Cet article refroidira de nombreuses personnes voulant étudier au Japon mais rassurez vous, pour les occidentaux (qui ne passent pas par le cursus classique nippon), c'est quasiment gratuit !!

En effet, avec les échanges effectués entre les universités. De nombreuses universités françaises spécialisés dans le japonais proposent à leurs élèves à passer une année dans l'un des établissements prestigieux du pays du soleil levant. Alors avant d'entrer dans une université, renseignez vous avec quels établissements elles pratiquent des échanges.

On a de la chance d'être européen.

 

* Le site de l'université de Sophia à Tôkyô :

 

http://www.sophia.ac.jp

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Education-emploi
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 17:36

Je connais bien le milieu de la nuit, j'ai failli même devenir host à Tôkyô.

Host, c'est le nom d'une "classe" de jeunes hommes qui travaillent dans une boîte de nuit et ont pour profession de divertir des femmes tout en leur faisant dépenser le plus d'argent possible... 

En visionnant ce reportage, j'en ai énormément appris.

Il est vraiment formidable.

Profitez-en car il ne devrait pas rester très longtemps en ligne !

 

 

** HOST CLUB : A LA RECHERCHE DU BONHEUR ** 

 

 

* Partie 1 :

 

 

* Partie 2 :

 

 

* Partie 3 :

 

 

* Partie 4 :

 

 

* Partie 5 :

 

 

* Partie 6 :

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Nippon Sexe
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 10:46

Il faut savoir que le Japon est peuplé de prêt de 130 millions de bouches à nourrir, ça en fait de la bouffe !

A lui seul, vu son climat et ses terres peu fertiles, le pays ne peut pas survivre sans les aliments produits à l'étranger. Le seul aliment de base que les japonais arrivent à produire à quantité suffisante est le riz blanc. Tout le reste est exporté, ils achètent des millions et des millions de tonnes de nourriture du Monde entier.

Bien sûr, il reste encore des fermes en activité, surtout dans l'île du Nord, Hokkaidô mais la production est très spécialisée et ne représente qu'une infime partie des besoins.

 

La majorité des produits surgelés et des céréales viennent de Chine, la viande des Etats-Unis et de l'Australie, pour les produits de la mer, ils proviennent principalement de l'Atlantique, etc.

 

  nourriture02.jpg

* Des centaines de milliers de containers remplis de nourriture arrivent chaque année de l'étranger.

 

Et pourtant, et pourtant, la nourriture au Japon n'est pas aussi onéreuse que l'on pourrait croire.

Surtout après avoir calculé le nombre de kilomètres que doivent parcourir les aliments avant de tomber dans un bol nippon. Les commerçants français justifiant toujours l'augmentation de leurs prix à cause de la logistique et des transports, laissez moi rire !

 

Certes, en Europe nous avons beaucoup de contrôles de qualité, et je pense que les japonais doivent être beaucoup plus laxistes vu les problèmes de 2007 où de nombreux japonais se sont retrouvés gravement intoxiqués après avoir mangé des gyôzas chinois pourris ou encore, en 2008 où une fabrique de bonbons au lait (Milky) les fabriquait avec du lait périmé.

 

Mais, la preuve est là, au restaurant nous pouvons y manger pour presque rien, le prix d'un repas pouvant voisiner les deux-trois euros et atteindre des prix faramineux pour les menus de grands restaurant. Où en France l'on peut se nourrir pour deux euros ?! Aux restaurants du cœur ?!

Évidemment, manger des menus pas chers (Udon, Tendon, Soba, Cup Ramen, sushis bon marchés, etc.) tout le temps nuis à la santé. Mais c'est mieux que rien.

 

nourriture01.gif

* Yoshinoya, le meilleur restaurant de gyûdon (un bol de riz avec de la viande et sa sauce) pour 2 euros.

 

Outre, le prix très accessible des restaurants, il y a énormément de choix, bien plus qu'en France. On y trouve facilement des restaurants du Monde entier et proposant des menus à prix abordables.

La palme revenant aux indiens avec leurs restaurants de curry très apprécié des japonais.

 

Hélas, le gros point noir de la nourriture japonaise vient de ses super-marchés qui proposent peu de produits et souvent chers. Les aliments frais comme les fruits et les légumes sont presque des produits de luxe.

Il est parfois plus rentable d'aller manger au restaurant que de faire soi-même la cuisine.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Nourriture
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 11:31

 

Dommage que ce documentaire ne soit proposé qu'en anglais (ou en japonais)...

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 11:55

Dans les années 80-90, une série sportive animée en France cartonnait. Elle s'appelait en français Olive & Tom et en japonais Capitaine Tsubasa (ailes d'ange). Cette série nous présentait des jeunes qui jouaient au football comme des Dieux. Ce qui était vraiment rigolo, c'était qu'ils étaient en primaire, qu'ils devaient avoir au début de l'histoire dans les 6 ans mais qu'en France, ils avaient une voix d'adolescent dans les 13-14 ans...

Ce qui faisait avant tout le succès de ce show c'était les coups spéciaux des frappes des joueurs et leurs charismes incroyables. Comme ils étaient super forts, ces merdeux arrivaient à remplir des stades et à être filmés par les chaînes de télévision...

N'importe quoi, enfin pas tout à fait. Bien sûr, il n'est pas possible de produire dans la réalité le coup de pieds du faucon, mais il y a deux évènements sportifs concernant des mineurs qui attirent aussi la foule et les télévisions.

Ce n'est pas au football mais au sport numéro un au Japon, le baseball !

Cet événement appelé le kôshien se déroule en août et en mars. Et vous me croirait ou non, passionne des millions de japonais chaque année.

 

koshien03

* Comme dans Capitaine Tsubasa, la foule est présente pour assister à un match où s'affronteront des mineurs.

 

 

Le kôshien est un tournoi de baseball qui se déroule deux fois par an, en août et en mars.

Il se déroule à Nishinomiya dans la région du Kansai dans le fameux stade Kôshien de l'équipe Major Hanshin Tigers. Ces tournois regroupent l'élite du baseball lycéen. A chaque match, le stade est rempli et ils sont suivis par des millions de passionnés de tout âge devant leurs télévisions. Y participer est le rêve de la plupart des garçons japonais.

 

Comme l'année scolaire commence en avril, le tournoi d'août, le Kôshien d'été est le premier tournoi de l'année, il est le plus grand et le plus célèbre des deux.

Le principe est simple, chaque lycée d'un département possédant un club de baseball peut participer aux éliminations qui mènera la meilleur au tournoi.

Voici quelques chiffres, au Japon il y a 5418 lycées en 2005 (env. 95% d'entre eux ont un club de baseball). Seulement 49 équipes gagnent leurs tickets pour la compétition. Au Japon, il y a 47 départements. Comme à Tôkyô il y a beaucoup de lycées, ils ont divisé la capitale en deux, l'est et l'ouest. Pareil pour Hokkaidô, on divise l'île en deux, nord et sud et voilà deux équipes en plus, ce qui nous en donne bien 49.

 

koshien00

* Dans une vie, un japonais n'a que trois ans pour pouvoir participer au Kôshien.

 

Alors forcément, peu de lycées peuvent se vanter dans leur histoire d'y avoir été sélectionnés.

C'est un réel honneur d'y participer, certes le gagner est mieux mais pouvoir dire : « on y était » est très prestigieux.

Comme vous pouvez le deviner, on y retrouve presque chaque année les même équipes, des lycées s'étant spécialisés dans le baseball, ils recrutent des jeunes de tout le pays et des coachs renommés, payés à coup de millions.

En effet, c'est très bénéfique pour un établissement privée de participer à un tel événement médiatique, ça leur fait une énorme publicité ce qui forcément attirent de nombreux nouveaux élèves chaque année et donc leurs rapportent énormément de frics.

Les lycéens ne touchent pas d'argent durant le tournoi, quelques sponsors participent à l'évènement mais la gestion de cet événement est géré par la fédération du baseball lycéen et par des journaux nationaux.

 

Pour le tournoi du printemps, il se déroule entre fin mars et début avril, il est moins célèbre mais est quand même bien suivie. Il regroupe 32 équipes sélectionnés par la fédération. Ce sont généralement les meilleurs équipes du tournoi de l'été passé.


* Pourquoi cet événement a autant de succès populaire ?!

 

Ce n'est pas nouveau le Japon est un pays élitiste, et voir ces jeunes tout donner pour leur sport sans arrière-pensée pécuniaire jouer à 100% avec leurs cœurs, touchent les japonais.


Kôshien ganbare !!

 

Bon courage pour le Kôshien !

 

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 00:00

 

Alors cette vidéo n'a rien de vraiment particulier en soi, mais ce sont les paroles des chansons qui sont complètements en décalage avec le style.

Eh oui, la chanson dit joyeusement que "même les filles peuvent pêter "pêt" "pêt", je n'ai pas honte, etc.".

 

La fille qui danse là dessus n'a peur de rien...

 

Nawak

 

* Petite aide lexicale : onara = pêter ; "pou" / "bou" = bruit du pêt.

 

Tous avec moi !! "Pou" ! "Pou" !

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Vidéos à la con
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:47

Tout passionné des mangas ou de la japanimation a lu ou entendu des noms ou des prénoms qui se terminent par : ~san, ~chan, ~kun, ~sama ou encore ~dono. Et vous n'avez pas compris ce que cela signifiait ?!

Vous allez enfin savoir à quoi cela correspond, on dit merci à qui ?!

 

* Pour commencer :

 

~san est le suffixe de politesse, il est comparable à notre monsieur-madame.

* Par exemple :

Je suis un ami de Tanakasan.

 

~chan est le suffixe réservé aux femmes, filles, voir fillettes. Il marque l'affection intense qu'à la personne qui appelle l'être chérie. C'est surtout pour renforcer le côté mignon de la personne désignée, la fameuse "kawaii attitude". Une fillette grosse, moche ou belle c'est forcément mignon donc elle aura droit à son ~chan.

* Par exemple :

Oh quelle est mignonne Tanachan !!

Attention, on peut aussi utiliser ~chan pour un garçon avec une personne très proche, intime. A ne pas utiliser sur n'importe qui, ça peut être très mal pris. Car tout le monde sait que les hommes tiennent à leurs virilité. Hein Maxchan ?!


~kun est le suffixe destiné aux jeunes garçons. Il a un peut prêt le même niveau d'affectif que le ~chan. Mais il est utilisé jusqu'à ce que le garçon soit adulte. Après c'est signe que le garçon en question n'est pas très virile ou alors que la personne qui l'appelle ainsi est très proche. Gaffe là aussi de ne pas appeler n'importe qui ainsi.

* Par exemple :

Comment vas-tu aujourd'hui Tanakun ?!

 

~sama est le suffixe qui a quatre sens différents :

- Le plus utilisé, pour désigner un client.

Tanakasama est attendu au guichet numéro deux.

- Pour désigner une personne hautement respectée, célêbre, reconnue par ses pairs, etc.

J'ai eu de la chance, hier j'ai pu m'entretenir avec Miyazakisama.

- Pour indiquer le nom d'une personne à qui est destinée une lettre

- Pour désigner une divinité (Dieu en japonais est appelé kamisama).

 

~dono est le suffixe le moins utilisé. On peut surtout l'entendre dans les dramas jidaigeki, ces feuilletons télévisuels qui se passent aux temps des samouraïs. Il désigne un seigneur.

* Par exemple :

Tanakadono est partie avec ses hommes défendre le clan.

Il est aussi utilisé de nos jours pour désigner les personnes qui ont reçu une haute distinction, mais il n'est pas utilisé dans le langage courant mais écrit.

* Par exemple :

A été reçu cette année, Tanakadono.

 

* Pour finir, quelques précisions :

 

Au Japon on utilise rarement le prénom d'une personne.

Aussi bien au travail, à l'école qu'avec les amis on est appelé par son nom de famille même si généralement vos amis transforment soit votre nom ou votre prénom par un surnom.

Il est généralement constitué par la réduction de votre nom de famille où y est ajouté un suffixe.

Ce qui peut donner :

Tannakasan = Tanachan

Pour les filles ce surnom se termine souvent par ~chan comme par exemple : Mlle Yamada peut devenir Yamachan.

Et plus rarement on peut voir chez les garçons des Mr Yamada devenir Yamasan même si le ~san y perd de son sens honorifique. Mais ils préfèrent entre eux à s'appeler par leurs prénoms ou surnoms sans suffixe.

 

Pour finir, je voudrais ajouter que le vous japonais anata n'est pas à utiliser lorsque l'on désire parler à quelqu'un, il faut mieux utiliser son nom ou au pire son prénom puis y ajouter ~san.

En effet, « anata » est surtout utilisé en japonais par la dame pour appeler son chéri :

Anata, anata, anata !!!

 

san01.jpg

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon pratique
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 13:59

Les japonais, c'est connu, adorent prendre des bains. Dans les temps reculés, il était de coutume d'oragniser une fois par semaine au milieu de la place publique un bain géant chauffé. On y mettait une sorte de grosse citerne en bois et tous les villageois en tenue d'Adam et Eve y barbotaient.

Alors au fil des siècles des établissement spécialisés firent leur apparition.

Ils seront classés en deux catégories :

- Les bains naturels : les onsens

- Les bains chauffés artificiellement : les sentôs

 

* D'abord quelques petites précisions,

 

- Les onsens sont des bains chauds japonais. L'eau est naturellement bouillante, prélevée sous-terre dans des régions volcaniques. La température y est généralement entre 34° et 42°. Ces bains se situent donc souvent dans des régions montagneuses.

Les onsens peuvent être en extérieur ou en intérieur, publics ou privés.

 

- Les sentôs sont aussi des bains chauds mais l'eau y est chauffée artificiellement. L'eau y est généralement proposée à plus de 42°C donc elle est à plus haute température que celle dans les onsens car plus elle est chaude est moins les microbes peuvent se propager. On en trouve dans toutes les grandes villes ou à la campagne. Ils sont toujours fermés et hélas sont en voie de disparition...

 

onsen00

* les onsens en extérieur : les dotenburo, le must mais attention pas de serviette dans la réalité.

 

 

= LES ONSENS =


Qui n'a jamais entendu parlé ou vu dans un animé, drama ou autre film japonais des scènes d'extase où les héros se prélassent dans une sorte de jacuzzi en plein air ?!

 

* Où en trouver ?!

 

Les onsens sont situés dans les régions volcaniques et des villes comme Hakone, Beppu, Kinosaki, Gero, etc. qui en ont fait leur spécialité.

Privés ou publics, ils peuvent être en plein air en libre accès, dans des établissements privés spécialisés en intérieur ou extérieur ou dans des hôtels...

Ils sont généralement collectifs avec séparation des hommes et des femmes mais, il en existe aussi de très rares dans la campagne qui sont mixtes. Et enfin, on peut en louer des privés pour s'y prélasser à loisir avec sa famille ou avec s(on)(a) concubin(e).

 

* A quoi ça sert ?!

 

Bien sûr c'est conseillé pour les rhumatismes, les courbatures, etc. Mais pour les soins thérapeutiques, c'est surtout la source qui en définira les bienfaits. Donc tout dépendra de quels maux vous voulez vous soigner et alors, vous devrez vous rendre à tel ou tel source.

Mais, les personnes se rendent dans les onsen avant tout pour se détendre.

Car rien de tel qu'un bon bain d'eau chaude pour se relaxer et oublier tous ces soucies du quotidien...


* Comment ça marche ?!

 

Beaucoup pensent qu'il faut porter un cache-sexe comme on peut le voir dans les séries. Mais non, dans les onsens on est nu intégralement. C'est pour cela d'ailleurs que très généralement les hommes sont séparés des femmes. Mais, il est vrai que dans certains parcs de loisirs, il est possible qu'il y ait des onsens où il est demandé de porter un maillot. Dans ce cas là, il n'est pas nécessaire de se laver avant d'entrer dedans.

 

Donc, d'abord soit vous apporté vous même le matériel, soit on vous le prête soit encore il est prévu sur place. Le matériel consiste à une petite bassine en plastique, une petite serviette qui vous servira de gant de toilette et d'une serviette pour vous sécher.

Puis, on sépare les hommes des femmes, chacun se rendant dans les vestiaires de leurs sexes.

Je fus étonné de voir qu'à la différence d'en France, il n'y avait généralement pas de cabines pour se changer mais juste des bancs et des casiers. Il ne faut pas trop être pudique...

Puis ainsi dévêtu, on se dirige vers les douches où on doit se laver des pieds à la tête et ne rien oublier. Si vous êtes étranger, on vous regardera avec insistance au début c'est pour cela que par respect, un étranger doit rester deux fois plus de temps pour se laver. Ça les rassure...

Ensuite, enfin direction les bains pour une longue séance de farniente. Le bonheur étant plus grand si vous êtes en extérieur de pouvoir observer le paysage des alentours.

 

* A noter

 

Les onsens se situant en extérieur sont souvent séparés par une grosse cloison pour ne pas pouvoir allé zieuter chez les filles.

Toujours en extérieur et à la campagne, faîtes attention aux singes. Ces animaux adorant les sources d'eau chaudes viennent squatter la nuit quand il y a personne et comme ils sont jaloux et agressifs, ils n'hésitent pas pour essayer de faire partir les indésirables, de lancer leurs excréments sur vous.

Il est de coutume qu'après un bon bain de boire soit une limonade (appelée ramune) ou un café glacé en cannette.

Et parfois de manger des onsen tamago, des oeufs cuits dans des onsen.

Attention aussi, de nombreux établissements proposant des onsens même à la campagne chauffent artificiellement l'eau. Faîtes attention de ne pas vous faire avoir.

 

onsen01

* Des hôtels somptueux proposent des étages entiers d'onsens.

http://web.travel.rakuten.co.jp/share/HOTEL/859

 

 

= LES SENTÔ =


Certains sentôs de quartier n'ont pas évolué depuis la deuxième guerre mondiale et utilisent les même machines qu'à l'époque de l'Empire.

 

* Où en trouver ?!


Théoriquement, il y en a au moins un par quartier et dans chaque village. On les reconnaît par deux éléments. Ils ont toujours une petite cheminée qui évacue la vapeur et une entrée pittoresque.

 

sentou01

* On reconnait un sentô par son entrée pittoresque et par le caractère du bain : you ゆ à l'entrée.

 

* A quoi ca sert ?!


C'est tout aussi bien un lieu de détente mais aussi d'hygiène. De nombreuses personnes âgées aiment se rendre tous les jours dans les sentôs pour se laver. C'est quand même bien plus convivial que de rester dans sa petite baignoire ridicule.

Oui, on peut comparer les sentôs à des bains publics. Et donc peuvent avoir une hygiène douteuse selon les quartiers.

 

* Comment ça marche ?!

 

C'est comme pour les onsens sauf qu'ils sont tous (enfin je crois) séparés hommes et femmes.

Comme c'est en ville, et pas en hôtel on ne vous propose pas de matériel. Vous devez vous même apporter la petite bassine qui contiendra :

- une petite serviette qui vous servira de gant de toilette

- du savon, du shampoing et de l'après shampoing (rinse en japonais) [évitez d'utiliser ceux proposés aux pieds des douches ils sont très souvent de très mauvaises qualités, ça serait surtout dômmage d'avoir des cheveux qui tombent quelques jours après votre passage...]

- votre serviette

A noter que la bassine vous servira de tabouret.

 

sentou02

* L'intérieur classique d'un sentô, noté les robinets de douche bas et la classique fresque murale.

 

On entre dans l'échoppe où généralement s'y trouve une petite vieille à l'entrée qui a vue sur les deux vestiaires (imaginez le nombre de biroutes qu'elle a pu voir dans sa carrière, bigre). Elle est surtout là pour récupèrer les 2-3 euros nécessaires pour l'entrée.

Vous vous déchaussez et vous vous dirigez vers un casier pour y mettre vos affaires.

Et c'est partie pour la douche. Et là vous devrez vous lavez entièrement.

A la différence de l'onsen, il y a souvent plusieurs bains :

  • bain moyen chaud

  • bain très chaud

  • bain électrique

Je ne m'arrêterai que sur les bains électriques... Déjà, la première fois que j'ai vu ce nom, j'ai bien bad tripé. En faîtes ce bain par un mécanisme que j'ignore envoie de petites ondes électriques et vous chatouille les poiles quand vous y pénétrez. J'ai essayé, c'est pas vraiment douloureux mais très désagréable, je n'ai pas pu tenir plus d'une minute dedans. C'est comme si votre corps avait des fourmis partout, c'est horrible. Quel est son utilité ?!

 

 

= POUR FINIR =


  On me pose beaucoup la question sur le fait que la personne est black, blanc, jaune, vert, du comment réagiront les japonais fassent à ma nudité ?!

J'ai noté que récemment, comme maintenant il y a de plus en plus d'étrangers, les japonais sont moins choqués quand ils croisent un étranger dans un sentô mais il ne faudra pas s'étonner qu'au début vous serez observé sans retenu des pieds à la tête et puis quand ils auront vu que vous êtes comme tout le monde, ils vous laisseront tranquille.

 

Attention aussi aux tatouages, pour empêcher les fameux yakusa (mafia japonaise) de mettre le boxon, dans la majorité des onsens ou sentôs, ils interdisent l'entrée aux personnes possédant des tatouages.

Peu importe la taille, vous risquez de vous faire refouler si un responsable en voit un.

Pour éviter tout problème, pensez à les cacher avec des pansements ou demandez à l'accueil s'ils vous acceptent.

Même si heureusement; cette règle tacite commence à disparaître...

Mais il faut mieux faire en sorte de pas avoir d'ennuis, c'est très embarrassant pour vous et le propriétaire de l'établissement donc il est bon que vous sachiez que les tatouages sont globalement interdits.

Pour finir, attention aussi aux blancs à la peau sensible, il n'est pas rare que vous puissiez y attraper aussi bien dans les onsens que dans les sentô des champignons indésirables...

 

sentou03

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 11:55

En France aussi bien les garçons que les filles français prennent soin de leurs cheveux et n'hésitent pas à les coloriser, à  y poser des bigoudis, à les rallonger, etc.

Mais il faut avouer qu'ils ne sont pas à leur hauteur, loin de là...

 

Rappelez vous des débuts des années 2000 avec la folie de nos ménagères de plus de 50 ans prises par des délires roses !! Oui, ces braves dames propres sur elles, environ une sur dix se baladait avec les cheveux teins en rose fluo. Quelle diablerie leur ait passé par la tête ?!

 

Revenons à nos nippons, jusqu'aux années 2000 on avait toujours imaginé, nous les européens que les japonais se ressemblaient tous avec leurs visages clonés les uns sur les autres sans oublier leurs accessoires indissociables : lunettes en plastique noire, bobs colorisés et leurs fameux appareils photos !!

Pourtant, maintenant quand on regarde un magazine de mode japonais, ou un animé, peu ont encore ce look (heureusement)...

 

* Enfin la réalité

 

Je vais tout de suite cassé un mythe mais beaucoup de jeunes ne le savent pas mais les japonais ont tous les cheveux noirs !! Et naturellement, ils ne peuvent évoluer que vers le blanc-gris. Et c'est tout.

Donc un japonais blond, ça n'existe pas !! Ou alors il est d'origine étrangère...

Bref, que n'en déplaise à Beat Takeshi, il ne pouvait y avoir à la période Edo de moine aveugle aux cheveux blonds !! Hérésie !!

 

coiffure01

* Un salaryman japonais doit être impeccable donc pour lui, pas de cheveux colorés.

 

* Tout sauf naturel

 

Oui, les japonais sont d'énormes consommateurs de colorants pour cheveux et ce qui est encore plus incroyable c'est que nous, français on est réputé pour être les maîtres dans les métiers de la coiffure.

Mais les japonais ont bien plus de créations que nos coiffeurs !!

Et leurs catalogues de coupes est dantesque et très souvent, elles sont improbables !

 

coiffure02

* Le groupe de rock X Japan, le groupe n°1 des coupes de cheveux impossibles, bien loin devant Kiss.

 

* La profession capilaire

 

Et encore plus fort, leurs salons de coiffure sont vraiment très agréables, du vrai service, une bonne ambiance et très souvent il n'est pas rare de se voir proposer à boire ou/et à grignoter et surtout de temps en temps de recevoir un petit massage. Et tout ça à un prix abordable et surtout justifié.

Signe de propreté, on peut se faire couper les cheveux dans des gares en moins de quinze minutes pour 1000 yens.

 

Bref, les japonais adorent leurs salons de coiffure et le métier de coiffeur, et je les comprends même si leurs conditions de travail sont celles parmi les plus dures.

Les jeunes professionnels devant souvent travailler de 8h00 du matin jusqu'à 23h00 devant rester après la fermeture du salon pour s'exercer...

 

C'est ce qui explique aussi leurs talents d'ingéniosité pour créer des arrengements efficaces et innovants pour les femmes comme pour les hommes. Même s'il est vrai qu'ils ne manient pas aussi biens les ciseaux que nos spécialistes.

 

coiffure03

* Des coupes simples mais parfaitement colorées et arrangées.

 

* La mode du jour

 

Au Japon, le style de coiffure est un moyen d'expression comme un autre, et pour se différencier de son voisin, il n'y a pas de limite.

Sauf celles données par les chartes des écoles et des entreprises.

Les cheveux au Japon n'ont qu'à bien se tenir s'ils ne veulent pas être tirés, colorés, ou pire coupés.

 

En France nous n'avons pas le courage de porter des coiffures au design improbable, les filles ou les garçons ayant trop peur de ne pas être comme les autres...

 

Alors, en réalité qui sont les clônes ?!

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article

Présentation

  • : Japon Weird
  • Japon Weird
  • : Le Japon, le pays de tous les extrêmes. Venez découvrir la face cachée de ce pays pas aussi propre ni si paradisiaque que l'on veut bien nous faire croire...
  • Contact