Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 15:18

Passionné d’histoire et de tout particulièrement la seconde guerre mondiale, que fut ma surprise de trouver dans la place la plus populaire de tout le Japon, Shibuya à Tôkyô, dans un immeuble commercial contenant une librairie, au quatrième, tout un étage consacré au nazisme.


Dans une ambiance hitlérienne, avec chants militaires allemands et documentaires vidéos sur le troisième Reich passés en boucle, on y trouve de tout, du Mug à l’effigie d’ Hitler, à l’uniforme complet d’un waffen SS. Tout, de tout vous étais proposé pour rendre votre appartement à la mode "qui fait fureur". Outre le mélange de "vrais" uniformes d’époque ou de copies, les prix restaient exorbitants !!  

L’intendant du magasin était un blanc, au crâne rasé et il n’avait pas l’air très sympathique…

Tout ça au Carrefour même de Hachiko, le lieu où se croise des centaines de milliers de personnes chaque jour.


Ce magasin n’existe plus aujourd’hui, mais dans ma recherche de magasins de reconstitution, il est clair que seul le troisième Reich fait recette. Peu d’uniformes américains ou anglais, encore moins Russe et chose des plus étonnantes, je n’ai jamais trouvé dans ces surplus d’uniformes ou de matériel de l’armée impériale japonaise (par la suite, j’ai appris l’existence d’un magasin spécialisé sur Tôkyô).

Tous ces objets venant d’Europe ou de différentes collections rendraient jaloux plus d’un collectionneur européens.


Je me suis alors posé la question : Qui achèterait ça ?!


J’ai donc cherché sur le net, et trouvé hélas peu de choses.

Très peu de groupes de reconstitution, d’ailleurs pas un seul n’était vraiment crédible, mélangeant matériel d’époque et matériel de camping moderne…

Comme les armes sont formellement interdites sur le sol japonais suite à la défaite de la deuxième guerre, les groupes s’affichent avec des armes en plastique, les fameuses répliques airsoft.

Ce qui est vraiment désolant, c’est de voir tout ce potentiel gâché par l’esprit "très ventre à bière" comme on le dit dans le milieu.


Outre les reconstituteurs, il y a les musiciens qui aiment s’inspirer des uniformes nazis pour leurs spectacles, et parfois même montent sur scène avec un uniforme complet de SS. Bigre. Les mangas aussi ont pioché librement dans l'idéologie, on peut citer  la série nippone la plus populaire en japanimation : GUNDAM où les créateurs se sont inspirés du nationnal socialiste pour créer leurs méchants.

Les maquettes, les goodies, les figurines sur ce sujet pullulent dans les magasins de loisir japonais. Les panzers, les navires de la kriegsmarine, les avions etc. passionnent le collectionneur.

 

Etonnamment, on peut trouver énormément de filles japonaises sur le net, costumés en uniformes allemands avec tous les accessoires, qui montrent leurs attributs avec de larges sourires. Les mâles japonais ont l’air d’en raffoler…

Bref, il n’y a rien dans tout cela qui justifierait un tel engouement pour une telle collection et de débourser de grosses sommes d’argent pour un "hobby".


Alors, ce marché ne peut venir que de l’achat privée de passionnés (nostalgiques ?) japonais qui aiment à s’habiller en Führer le soir en rentrant du boulot (photos vu de mes propres yeux).


Cela reste pour moi, un mystère de plus : l’intérêt du nazisme par les japonais, qui je le rappelle n’est pas interdit par la loi japonaise. J’ai d’ailleurs croisé deux fois des personnes dans la rue, solitaires, portant un brassard avec la croix gammée et un autre avec une casquette avec l’emblème nazi.


Le mythe nazi perdure au Japon, et je ne crois pas que cela est vraiment politique, ce n’est pas selon moi, une idéologie qu’ils "vénèrent" mais tout simplement : "C’est vachement la classe le IIIème Reich !!".


Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 16:04

Repost 0
Published by futomaru - dans futomarustrip
commenter cet article
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 14:47

Quand j’étais collégien, je me rappelle que dans ma petite ville de 60 000 habitants, notre maire était très fier de montrer à ses électeurs, l’optimisation de bus avec un système d’ascenseur pouvant monter des sièges roulants. La même scène se produisit quelques années plus tard quant le bus arriva à se pencher à l’arrêt pour permettre aux handicapés d’encore plus entrer facilement… Mais voilà, je n’ai jamais vu un seul handicapé prendre le bus de toute ma scolarité.

Au Japon, par contre, il y en a partout dans les trains, bus, tram… J’en rencontre tous les jours, aussi bien handicapés moteurs ou mentaux, ils font partie de mon quotidien.

Etonnamment quand je vivais a Tokyo, je n’ai pas le souvenir d’en avoir vu autant ?! Mais voilà à Osaka, il y en a partout, partout… On m’a souvent dit que les japonais, comparés à l’amour propre occidental, n’hésitez pas à la moindre fatigue à utiliser un fauteuil, utiliser des béquilles, porter un pansement etc.. Attention, je ne parle pas de papy et mamie octogénaire qui peuvent à peine marcher, non non des handicapés de tout horizon, si je puis dire.

A côté de chez moi, il y a juste à côté de la gare (la gare est toujours la zone le plus dynamique d’un quartier), une maison de retraite et en face un centre pour handicapés mentaux. Ce qui m’a « choqué », c’est que ce centre est situé dans une galerie marchande, et au lieu d’avoir des murs et d’être discret, les propriétaires ont choisie de tout montrer et ils vivent derrière une vitrine !


Oui, on peut voir tout ce qu’il s’y passe. Heureusement que l’on ne doit pas payer l’entrée… Si je m’ennuie en semaine, je pose ma chaise devant et je n’ai qu’à regarder le spectacle… Alors, ces « patients » font des activités manuelles mais surtout passent la majorité de leur temps, à dormir (médicaments ?). Ils sont atteints de différentes maladies mais sont pourtant tous réunis ensembles (en France c’est pareil ?). Au lieu de les cacher comme en France, il nous les montre. Oyez, oyez venez voir nos monstres !!! 


Certains ont des casques sur la tête, d’autres passent leurs journées à baver, ou d’autres à pousser des cris… J’ai été très étonné de voir un patient de plus de 100 kilos, bien costaud, se promener seul dans le quartier. J’avoue, je flippais un peu…

L’un du centre, celui qui a l’air, le moins handicapé, se présentent  chaque matin et fait des «bonjours » à ceux qui descendent des trains et crient aux usagers de se dépêcher quand un autre arrive.


Outre le centre, j’en croise tous les jours !!


Des handicapés mentaux oui, mais aussi énormément de personnes avec des problèmes de peau assez atroces. Des goitres, des gens avec des boutons partout, des visages boursouflés ou d’autres remplis d’eczémas etc. Je n’en avais jamais vu avant dans ces états là de ma vie. Déjà que le pauvre garçon qui a une tache de « vin » sur le visage de mon collège, n’arrêtait pas de recevoir des moqueries de la part de ses méchants petits camarades… Mais alors si, ces japonais se présentaient en France, ils se feraient carrément lyncher. Je me rappelle plus du titre, mais dans un film américain avec Sean Connery ?, il y avait une jolie japonaise qui avait un léger handicape (j’ai oublié lequel) et disait que c’était très dur pour elle au Japon. C’est bizarre car comparé a ce quee vois chaque jour, ca ne peut-être que bénin et pourtant ces gens là sortent et vivent.


Le pompon est arrivé le printemps dernier où je croisai en pleine rue un vrai « éléphant-man » qui marcha d’un pas assuré et me croisa. Je restai scotché sur place et me posa la question : « ma vision était réelle ? ». Cette personne avait la tête complètement déformée et boursoufflée, comme Coluche dans Banzai, mais dans une moindre mesure quand même, mais plus déformée que Cinock dans les Goonies. Il avait un tout petit pansement sur son œil gauche et il était en costard !!!! En effet, il marchait d’un pas altier car il était au téléphone, il est donc en activité !! Incroyable ! Vous imaginez Elephant-man dans votre boîte ?  J’ai vraiment trouvé formidable qu’une personne atteint d’un tel handicap ait une activité professionnelle. Quelques jours après à dendentown (le quartier des otakus d’Osaka), j’en ai vu un autre en fauteuil roulant, sa tête était presque aussi grosse que son buste, et il y avait même un tuteur pour supporter la taille de son malheureux crâne. Il était accompagné, là par contre, j’avais la larme à l’œil.


Je n’ai absolument rien contre les handicapés, au contraire, je ne peux que féliciter leurs courages et ceux de leurs familles de les sortir si souvent et  qu’ils fassent vraiment de leur mieux d’agir comme les autres. C’est beau et pathétique à la fois. Et je tiens à féliciter aussi le gouvernement pour toutes ses structures, signalisations, etc. pour faciliter la vie des handicapés (j’adore la musique des feux japonais indiquant aux aveugles qu’ils peuvent traverser). Le gouvernement français devrait en prendre de la graine.


La question que je me pause, c’est ne sont-ils pas trop nombreux ? C’est vraiment incroyable d’en croiser autant. Ou alors les français les cachent ou ils ne veulent pas se  montrer ?!


Bref, après en avoir discuté avec d’autres expatriés vivant à Osaka, on en est venu à parler des problèmes de consanguinité  = bombe atomique = problèmes sanguins = mutations ?!

 

Non, je ne me lancerai pas dans ce sujet scientifique, je n’en ai pas les compétences et les connaissances suffisantes. Je me demande d’ailleurs s’il y a déjà eu des études sur le sujet.

Car pour moi, c’est clair il y a un problème quelques part.

 

Pour finir, je ne peux pas vous parler des handicapés sans vous parler du journaliste sportif japonais, né homme tronc, le grand : Hirotada Ototake, qui a écrit avec passion en 1998 « Personne n’est parfait ».

Lisez absolument son livre traduit en français, c’est un fabuleux hymne à la vie.


Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 03:20

Osaka it's Paris ?!
envoyé par japonweird

Oui, Pierre c'est moi, et non, je ne ferais pas la traduction (enfin pour l'instant).

Les deux filles qui m'accompagnent (ehh l'autre ^^) sont :
* La fausse rousse : Nishikawa Ayako (une talento dit "sensei", specialité : entretien de la peau)
* La minette : Kato Noriko (ancienne idole, très mignone, qui a la particularité d'avoir sejourné deux ans en Normandie, veinards ces normands :).)

Alors, selon vous, Osaka ressemble à Paris ?!
Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 11:23

Otakus, otakus, tout le monde en français voit à peu prêt ce que c’est, et l’image de  l’archétype de l’otak français arrive très vite  dans la tête : Un peu (trop) gras, sale, à lunettes et ne parlant que de mangas ou de japanimation  à longueur de journée avec ses yeux palpitants de passion…

Enfin, je ne vais pas vous parler des français, qui selon moi, même le plus hardcore des otaks ne peut-être qu’une personne sympathique en comparaison du nippon.

 

Oui, oui parlons du japonais otaku, cette race horrible, il change peu physiquement de l’image que l’on se fait de son homologue, à un détail  prêt : il n’a pas d’âme.

 

En effet, éternel zombi blasé de la vie, il rampe en traînant les pieds dans les quartiers « électriques » des grandes villes, souvent sans but, serrant dans ses mains un éternel sac en plastique comportant la denrée acheté du jour. Vous vous en aurez dout é, c’est bien sur un goods de sa série préférée.

Car pour ce qui est du manga et du DVD à part pour ceux de cul, ils peuvent se les procurer directement par internet ou pour les plus courageux au magasin vidéo du coin.

 

Cette larve malade est carrément insociable, si vous prenez un otak français, des qu’il rencontre un congénère, il s’excite de plus belle et ne le lâche plus, l’invite chez lui, lui montre sa collec, ce qu’il a son sur PC  etc. (j’en fais partie) mais pas le japonais, non, lui ne veut surtout pas qu’on le dérange, il est dans son petit monde et tout contact avec une tiers personne est un calvaire, il fait un effort surhumain pour faire comme si il n’était pas là, comme si il ne le regardait pas, de toute façon, lui-même est ailleurs... Ou si c’est inévitable, par exemple, en face d’ un vendeur (faut bien passer par la caisse), il ne dira que le juste minimum de mots pour qu’il soit compréhensible et repartira sans évidemment « un merci » (de toute façon, les japonais ne connaissent pas réellement ce mot). Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas leur état fantomatique, c’est leur vision de la sexualité. Ne pouvant ?!  S’exciter que sur des dessins de fillettes au corps de 7 à 11 ans habillées  comme des adultes ou avec des costumes impossibles, au secours ! Vous me direz : « mais non les filles de manga ont des seins énormes… » Oui oui, il y en a toujours 2-3 filles dedans qui en a, pour contrebalancer les autres en très fortes majorités !

Bref, à gerber. Le pire c’est la censure !! Censurer un dessin, c’est complètement stupide, et n’a qu’un seul but : SUBLIMER LE CORPS DES FEMMES. On ne voit rien, et l’homme (ou la fille) s’imagine un tas de truc, c’est effroyable. Et après faut pas s’étonner que le premier crime au Japon, c’est le viole !

 

Parlons cosplay maintenant, cete activité qui consiste à s’amuser en se costumant, cette invention purement japonaise est partie, pas de l’otakisme, non non mais du X, les filles devant porter de plus en plus de tenues bizarres pour exciter son partenaire… bref, passons.

Pour ce qui est du cosplay de japanimation, j’en gardais un très bon souvenir en France. Ahh le cartoonist de Toulon avec sa bonne ambiance, ces costumes rigolo et parfois très astucieux. Bref de grands moments de détentes. Au Japon, rien à voir, les cosplayers achètent généralement leurs costumes tout fait en magasin en y ajoutant quelques accessoires personnels et s’y croient vraiment. Ils font la gueule tout le temps, pas moyen de déconner du tout, leurs personnages c’est sérieux ! ! Bien sûr, il y a des exceptions, mais ils sont vite cachés par ceux ne pensant qu’à valoriser  leurs corps et à montrer leurs plastiques… Je ne fréquente plus le milieu français depuis 2001, mais j’espère au grand Dieu, que l’esprit est toujours là et que ce n’est pas comparable avec ces  «pêtes-secs ».

 

Faut dire aussi que de nombreuses filles attendent et espèrent être contactées par un photographe professionnel et être engagé pour des séances photos gracement payés... ce n'est plus un hobby mais un business...

 

Pour l’univers des jeux vidéos, ce n’est pas du tout ce que l’on pourrait penser, ils ne se battent pas pour acheter les dernières nouveautés mais n’hésitent pas à acheter à des prix de fou, des jeux de plus de 10 ans d’âge !

Avec bien sûr comme genre favori le rpg.

De nombreuses filles otakus mettent leurs études en paranthèse pour devenir #maid# dans les fameux maid café, où l’otaku est ravi d’y trouver du calme agrémenté de quelques « events » organisées par ses serveuses qui se mettent à genoux pour te servir et t’appellent "maître".


Pour nous étranger, c’est rigolo mais quand on regarde le système en profondeur on peut sentir que le malaise de ses jeunes filles sans expressions et leurs clients baveux ne rêvant que de les toucher.

Pauvres gens.

Amis otakus français ne changeaient ont vous aime comme vous-êtes. Surtout ne copiez pas ces tarés.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 05:05

Ahhh que de beaux souvenirs...
Mon premier séjour au Japon, s'étalant de l'été 2002 à l'été 2003, ahhh que j'étais NAIF !!!

Je voyais le Japon comme un pays tout beau tout rose, avec des filles, des filleeessss !!!
A vous retourner la tête...
Quel choc quand je compris qu'un hôtel, ce n'était pas forcément pour dormir ou se reposer...
Non, non on peut y aller juste pour forniquer, avec les joyeux forfaits 2-3 h proposés par les fameux « Love hôtel » ou plutôt on devrait les appeler les « touzes hotel ».
Même à Roissy d'ailleurs, ces forfaits horaires, sont proposés, mais passons bref, ce n'est pas le sujet aujourd'hui.

Quand on arrive au Japon, tout geek normalement constitué, se jette dès qu'il a du temps libre vers une salle d'arcade.
Outre, les nouveaux jeux exploitant les dernières technologies, souvent dans les salles "cheap" à 50 yens, il y a un étage réservé aux oldies. Et dans cet étage côtoyant les Super Mario, les Pac Man ou autres jeux de Mah Jong, il y a souvent des bornes proposant des jeux de réflexion offrant des images ou de vidéos sheapement érotiques à son joueur baveux.

N’ayant pas beaucoup de sous, j’aimais regarder les démos qui passaient en boucle pour attirer le chaland,  en y  découvrant les jolies filles légèrement vêtues… Miam.

Très vite, je me fis la remarque : « Il y a beaucoup de photos / vidéos tournes en exterieur... » Alors, j’imaginais que lors des tournages, ils devaient bloquer des quartiers, avec une équipe technique de folie et leurs gardes du corps tout et tout.

J’avais tout faux.


A mon retour sur Tôkyo, en octobre 2002, j’ai d’abord habité à Shinjuku durant 2-3 semaines.

Shinjuku est le quartier des affaires par excellence, avec des immeubles-bureaux à faire faire des « Ouaaahhh » à notre bande de gendarmes de Saint-Tropez préférée… NB : A ne pas confonde avec Sakuragicho qui est un quartier dans la  « ville » de Shinjuku.  A part cette zone, dîtes la plus « malfamée » de tout le Japon, c’est un quartier très respectable.


Bref, je me baladais vers midi dans une de ses grandes avenues aux trottoirs larges (très rares au Japon) et peu fréquentés, étant en pleine heure de bureau, je suis dans mes pensées, je marche paisiblement lorsque je vois une petite troupe de trois personnes à quelques mètres de moi.

Je n’en crois pas mes yeux, une jeune fille, en mini-jupe, les jambes écartées prends la pause. En dessous d’elle, sur un tapis de sol, un homme avec un appareil photo professionnel est en train de la photographier. Un troisième homme est avec un panneau solaire réglant la luminosité. Je passe à côté complètement hébété et la, la fille me gratifie d’un superbe sourire, les hommes ne prennent même pas la peine de se détourner de leur tache… C’était quand même bien fait, on y voyait rien. Complètement paniqué, seul, je me rappelle que ma réaction fut de téléphoner à un ami en France pour lui raconter…


Quelques temps après, à Shibuya en pleine heure de pointe cette fois, rebelote, une fille en tenue/costume  sailor (lycéenne) avec une mini jupe très courte, montrait fièrement sa culotte au photographe devant un bâtiment fashion du quartier. Personne prenait attention de la situation, encore une fois, je fus hébété, mais ouff cette fois, j’ai au moins pu voir sa culotte.


Ce n’est pas fini, dans le parc de Yoyogi, le parc principal de Shibuya, où la pelouse est faîte de carrés en plastique où l’herbe y  fut poussée artificiellement sous serre… Je me promenais quand je vu un jeune couple d’amoureux faire une activité bien insolite. Le garçon avait une handy cam et filmait sa copine qui prenait des pauses sexy et elle aussi, écartait impudemment  ses jambes devant son petit-ami tout content de filmer tout ça… Ca change du pro, et là au moins c’était plutôt sympa comme ambiance. Faut pas avoir honte, par contre.


Pour finir, la cerise sur le gâteau, toujours dans le parc de Yoyogi, toujours dans cette même période d’automne 2002, je lisais tranquillement sur un banc. C’était en début de soirée, une camionnette noire, style l’agence tout risque, avec fenêtres noires etc. s’arrêtent à une poignée de mètres devant moi.  De ce camion sort un homme avec un appareil photo autour du coup, il jette un coup d’œil par çi par là… N’a pas l’air de me regarder. Ensuite, une dame, je dirais dans la cinquantaine sort, regarde à son tour le voisinage et tape sur la porte du van. A ce moment là, la porte s’ouvre 2-3 personnes sortent avec du matos de tournage et une dame, grande dans un énorme manteau sort à son tour. Là tout s’enchaîine très rapidement. La petite équipe se presse vers un coin du parc pour avoir la ville en fond et hop la vieille dame aide la mannequin à enlever son pesant manteau, qui se retrouve nue comme un vers (hélas c’était trop loin pour mes yeux, je ne pouvais pas vraiment bien voir, sniff), la elle prend une dizaine de poses ou elle se fait mitrailler par le photographe et l’équipe vidéo. Et hop, la dame recouvre la modèle avec son manteau, tout le monde retourne dans le van et hop, en voiture…  Je pense qu’en tout, ils ne sont pas restés dehors plus de 30 à 45 secondes.

C’est à ce moment là, que je tournai la page de mon livre…


Allez, je vous le dit, une dernière fois, toujours à Shibuya, un monsieur sur ses genoux, fesses en l’air, prenait, pareil, des photos d’une fille habillée en lycéenne où l’on voyait  là aussi sa culotte.

Mais là c’était trop, je me dirigea vers le pauvre homme et lui asséna un gros coup de pieds dans le cul et je pris la tangente… C’était vraiment venu sans réfléchir, purement instinctif, ca suffit quoi… Hunnn !! Bon…

 

Cette période s’étala, je dirais sur maximum 2-3 mois, et étonnamment, je n’ai jamais plus assisté à ce genre de spectacle depuis.

J’espère que quelqu’un qui lira cette histoire me fera part de son expérience, car apparemment, je serais le seul à avoir assisté à ce genre de scènes insolites.

Mais que fait la police ?!

200402030708_563091.jpg

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Nippon Sexe
commenter cet article
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 08:45

Dimanche dernier, je suis invité par une amie chinoise à participer à une célébration chrétienne protestante dans un quartier populaire de la ville d'Osaka.

On se donne rendez-vous à la gare et on part tous les deux en direction de notre mystérieuse destination.
Derrière la station, il s'y trouve une église (en plastique-bêton comme 99,99% des églises au Japon), je demande avec un large sourire, si c'est là ?!

Elle me repond que "non-non c'est un peu plus loin derrière".

On arrive alors devant un bâtiment délabré en bêton avec une vulgaire croix posé dessus à l'entrée.
 Au rez-de-chaussee se trouve un garage rempli de babioles et devant l'escalier, qui monte raide, une énorme étagère remplie de plus d'une centaine de paires de chaussures de toutes sortes.
Cela ressemble à un foyer, pas une église ?!!!!

J'entends de la musique "pop"  POPP ???? à l'étage et mon amie me dit que la célébration en japonais a déjaà commencé.
Ah bon ?!

On monte un étage de plus et là on arrive dans un réfectoire remplie de tables basses et d'asiatiques brassant dans tous les sens. Elle me montre un coin de la pièce et me dit que c'est là où elle vie ?!
Aïe, la vie n'est pas facile pour tout le monde...

Il y avait énormement de chinois et de coréens, les japonais etant en train de participer à la celebration au-dessous.

Les membres du foyer étaient en train de preparer le repas en y mettant les mains dans la casserole, miam miam de la cuisine sino-coréenne... super ...
Ca sentait bon, comme dans toute la piece : les pieds...

Ahhh l'Asie et ses odeurs...

On attendit que la cérémonie japonaise se termine, mais comme elle ne s'arrêtait pas, et que la nourriture refroidissait, l'un des  managers? fit le bénédicité en chinois, mon amie me traduisant tout en japonais et
le repas commença (me rappelant mes années d'écolier, mais en plus crade)  fut bref pour ma part, ne pouvant avaler trop d'aliments épissés...
J'apprends que la cérémonie pour les japonais a commencé à 11h et devait se finir à 12h30, que la notre commencera à 13h30 (oulala tout en chinois ou en coreen, je ne vais rien y comprendre ?!)
Deux amis de Nan (mon amie chinoise) arrivèrent. Ils sont tous les deux comédiens, comme elle, d'une école de comique célèbre dans tout le Japon, la "Yoshimoto comedian's school". Nos deux jeunes, fraîchement diplomés se font appeler "chikara" (le fort), un habitué, venant chaque semaine, et "Taiho" (le soleil), un autre jeune tout nouveau comme moi, je ne vais pas m'ennuyer....
On nous présenta la femme du pasteur, qui ne parlait presque pas japonais mais qui avait l'air fort sympathique au demeurant.
Au secour...

13h30 arrive, on se dirige vers la "salle" de la célébration au premier étage.

On peut bien parler de "salle" et non pas d'Eglise, car pour tout "design", il y avait au sol, une sorte de moquette en aluminium, des murs crades sans fenêtre, des écrans-tv partout et  comme autel, juste une table de quelques centimètres de diametres légèrement orné de bibelots religieux, entourée à droite, d'un box en bois où se trouvaient les enfants de coeur (des paroissiens), qui étaient vêtus d'une toge blanche aux rivets roses (gay pride?). Toujours à côté de l'autel, il y avait àgauche, une batterie électrique  yamaha avec un synthétiseur et à droite, 1 guitrariste, 1 bassiste et un piano classique.
Au pieds, à genou, il y avait un homme qui s'occupait de la régie et surfez sur son PC pour afficher les sous-titres des chants en japonais / chinois / coréen, le tout filmé par une petite caméra et peut-être même retransmis en direct sur internet ?!

Je tiens encore à revenir sur les odeurs... Oui, c'est bien d'enlever ses chaussures mais après, il y a les odeurs, damn que ça puait !!

Il ne faut pas etre claustrophobe, la salle était bondée, juste 1 entrée et comme dit plus haut, pas de fenêtre, un incendie et on fini tous grillés.
On était tassé les uns sur les autres et comme on été dans les premiers, on n'a pu s'asseoir sur des bancs en bois (avec beaucoup d'imagination, ça ressemblerait  vaguement à ceux dans les églises), mais la grosse majorité des gens étaient assis à même le sol, sur des coussins. Ce qui m'a de suite frappé, c'était la jeunesse des participants, presque tous entre 20 et 40 ans avec une grande majorité de filles (bon plan drague ?).

Après que tout le monde soit à peu prêt installé, trois maîtres de cérémonies prirent le micro et chantèrent.
Alors... les chants étaient chantés en 3 langues : chinois-coréens-japonais, imaginez le brouhaha.... c'était  l'enfer !!

Mais c'est sûr que comparé à nos cantiques catholiques, ca avait de la pêche, un peu trop même... !! Tout le Monde chantait la main droite en l'air; avec plein d'amour dans les yeux !! C'était atroce... Mais bien chanté la chanson pouvait être pas mal. Ozana Ozana...
Faut vraiment que je vous trouve un extrait.

Après une brêve pause (ouff mes oreilles), le révérend coréen, au joli brushing et aux cheveux grisonnants fit son entrée.

On me fit signe de mettre une oreillette ?! Eh oui, branchée à un emetteur, on avait la traduction en japonais (ou en chinois), les doubleurs travaillant en direct, deux étages plus haut.

Il commença a prêcher, et quand il parlait de nombreuses filles pleuraient. Mais ça se voyait à des années lumières que c'était du pipot (quel intérêt de faire semblant d'ailleurs ?, je n'ai pas compris...), même le prêtre se mit à pleurer... Quel comédien !! Et ses larmes se sêchaient incroyablement vite entre deux phrases.

Un groupe d'une petite vingtaine chinois se fit un chemin tant bien que mal pour se mettre devant l'autel et lirent chacun à leur tour un texte sur la vie de Jésus (prononcer Yes en japonais, le premier qui me trouve une explication de cette transformation entre l'anglais jesus et Yes, gagnera toute mon estime).
Et après c'est repartie avec les chants, guitare en main. (à noter que la batteur était très mignone).

Durant la cérémonie et les sermons sans fin, un phénomène étrange se produisa, les filles commençèrent à se tripoter entres-elles ?! Oui, vous ne rêvez pas, en plein office religieux !!
Non, elles ne se tripotaient pas les parties mais se massaient  généreusement les épaules, les mains etc. , plus ou moins discrètement... (mais, moi, je n'y ai pas eu droit... TT).

Vers la fin au moment des embrassades, mais si, vous savez, même chez nous on a droit à la fin de la messe à se faire la bise de l'amitié/reconnaissance/fraternité/pardon etc., eh ben là c'était le bon vieux "hug" à l'américaine. On se precipita vers moi mais hélas, évidemment la jolie coréenne qui tres pieuse, pleurait durant les sermons, fit un geste de dégoût  losque je fis le premier pas pour la prendre dans mes bras. (sniff)

A la fin du sermon, la colecte de fonds (la quête quoi) commença, un panier velour circula et les croyants y mettèrent leurs obolles dans une enveloppe !!! Et oui, vous ne rêvez pas, comme veut la tradition au Japon, on ne transmet pas d'argent de main en main, mais par enveloppe... Mais qui dit enveloppe, dit billets !!!
Je soupsonne même que ses enveloppes soient nominatives, mais je n'ai pu hélas bien voir...
Bien évidemment, je n'ai absolument rien donné.

Mon sang fit un tour quand le pasteur prit le papier que l'on m'avait remis et  demandé de complêter au début pour me présenter. Pourquoi je balisais ?! Car j'avais fait exprêt d'écrire très mal mon numéro de téléphonne et mon adresse... J'avais eu peur qu'il le signale. Mais non, il annonça au publique que deux nouveaux "paroissiens" les avaient rejoins et nous fumes accueillis sous les applaudissements... C'est bien rôdé comme système.

La cérémonie dura plus d'une heure et demie mais le temps ne me paru pas si long que ça.
J'ai pu manger gratos et découvrir cet univers religieux qui me changea des temples shintoïstes et bouddhiques.
Ce ne fut pas désagréable, même si ils peuvent toujours attendre pour me voir revenir...

Deux choses m'ont particulièrement frappés, durant la lecture de la bible, à certains moment les gens se sont mis à reciter un texte très vite en baissant la tête, un peu comme le "notre père", mais pas de signe de croix, rien... je me demande bien ce que c'était.
La deuxième, c'est que ben, personne n'a prié durant toute la cérémonie ?!
Quand vous rentrez dans un lieu religieux, qu'il soit Catholique, Bouddhique, Juif etc. vous sentez l'athmosphère de recueil, de prière, qu'il y a quelque chose de mystique dans ces lieux...
Ben là, rien.

A noter que mon amie étudie pour devenir pasteur et de formation, elle est comédienne.
Elle est vraiment faîte pour ce métier.

Le site de la communauté :
http://www.osakachurch.com/chinese

Le site de l'église :
http://www.omygreat.com

church_01.jpg

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Japon culturel-société
commenter cet article
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 05:12


Repost 0
Published by futomaru - dans futomarustrip
commenter cet article
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 02:30

Bonjour et merci d'être venu me voir.

Pour commencer ce blog, je voulais faire une vidéo me présentant, mais je ne n'ai définitivement pas une tête à me faire filmer...
Bref, je me présente, je m'appelle futomaru, j'ai 28 ans et j'habite depuis deux ans à Osaka au Japon.
Ce blog me permettra de vous faire part de mes anecdotes, de mes coups de gueule et de mes coups de coeur, concernant ce pays "sauvage".
Vous y découvrirez de mini-textes, des strips, des photos, des vidéos etc.
Comme tout blog qui se respecte, je parlerai de moi, car, il est vrai que mon parcours est singulier et rempli de faits plus ou moins intéressants à vous raconter.

Sur cela, que le rideau s'ouvre et que le spectacle commence !!!


Repost 0
Published by Japon Weird - dans Blabla
commenter cet article

Présentation

  • : Japon Weird
  • Japon Weird
  • : Le Japon, le pays de tous les extrêmes. Venez découvrir la face cachée de ce pays pas aussi propre ni si paradisiaque que l'on veut bien nous faire croire...
  • Contact