Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 11:13

Ahhhh les salles de jeux vidéo, qu'est ce que j'en y ai passé du temps dans les années 90' et 2000'.

Street Fighter, The King Of Fighters, Killer Instinct, Mortal Kombat, mais aussi Time Crisis, Mad Dog McCree, etc. que du bonheur !!!!

 

Plus de 90% des jeux que je jouais étaient japonais !!

 

gamecenter00.jpg

* Un gamecenter familial s'étale sur plusieurs étages de bonheur.


Donc forcément, quand je suis arrivé au Japon en 2002, j'en ai eu plein la vue, des gamecenter dans tous les grands quartiers et sur plusieurs étages !

 

Waaaaww, les yeux, le paradis sur terre !

 

gamecenter01-copie-1.jpg

* Un rez-de-chaussée classique de gamecenter, UFO catcher, jeux vidéos volumineux, jeux musicaux et enfin les jeux pour gagner des conneries.

 

Au Japon, il existe deux types de salles d'arcade :

 

I/ La salle de jeux familiale

 

Elle est souvent composées de deux étages :

 

- Au rez-de-chaussée, on y trouve les ufo catcher, cela ne vous dis rien ? Mais si, ce sont les jeux où on doit attraper des objets en contrôlant une pince Il s'y trouve aussi les jeux de shoot, les jeux musicaux et les jeux de course, bref toutes les attractions imposantes.

Et enfin, on y trouve les purikura, ces photomatons fantaisistes qui ont autant de succès.

 

gamecenter02b.jpg

* Les japonais sont tellement bons à ce jeu que la pince ne comprend que deux crochets contre quatre en France.

 

- Au premier étage, des dizaines de bornes d'arcades y sont présentées.

 

Souvent reliées, à la différence de la France, on joue contre son adversaire face à face, avec son propre écran.

A noter que dans certaines salles, un étage est réservé aux jeux de type casino où l'on peut gagner des jetons afin de les échanger avec des cadeaux en tout genre.

Ces salles sont souvent thématisées et très bien entretenues.

 

Le crédit y est souvent à 100 yens. Les chaînes de salles les plus connues sont les SEGA, les NAMCO et les TAITO.

Mais attention, cela ne veut pas dire qu'il n'ait proposé que les jeux de ces marques, non, non, on y trouve des jeux de tous les fabricants... et heureusement.

 

gamecenter05

* Parmi les monster game, voici un jeu vidéo de foot qui se joue avec des cartes à collectionner. Y sont fous ces japonais !


II/ La salle des pro-gamers

 

C'est le type de salle la plus répandu.

 

gamecenter03.JPG

* Parfois, les salles sont tellement misérables que la seule sortie de secours disponible sont les fenêtres.

 

Souvent sur un seul étage, elle est très discrète, on peut la trouver à l'étage d'un bâtiment ou à son sous-sol où même au détour d'une galerie marchande... petite, elle propose un maximum de jeux dans un minimum d'espace.

 

Pas de thématisation dans ce type de salle, la rentabilité avant tout !

Les joueurs assidus se retrouvent dans ce genre de salle, même si elle est très souvent crade et qu'elle pue la clope, son crédit à 50 yens aura toujours le dernier mot.

 

gamecenter04.jpg

* Ses étages réservées aux jeux vintages sont souvent remplis de bornes mais rarement de joueurs.

 

Parfois, ces salles peuvent proposer un étage entier rempli de jeux oldies des années 80' et 90'.

Avec dedans, des jeux de réflexion comme le shôgi ou le go, ou encore des jeux gentiment érotiques.

 

A noter par contre, qu'à la différence des salles familiales, les jeunes japonais qui les fréquentent sont considérés comme de petits délinquants, voir des vaut riens par leurs ainés. Perdre son temps là dedans, quelle ineptie !

 

gamecenter06.jpg

* Les bornes de Versus Fighting (jeu de combat) ne sont plus les reines des salles d'arcade. De nos jours, se sont les jeux musicaux.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 09:06

Pour les plus otaku d'entre vous, vous avez tout de suite compris. Nous allons parler dans cet article des tsundere, diminutif de tsuntsun (onomatopée signifant "le mépris") et de deredere (onomatopée signifant "mielleuse").

Ce qui signifie en gros, une "biatch", chieuse aux premiers abords mais qui finalement, dans le fond, est une gentille fille.

C'est un concept totalement nippon qui semble être venu directement des animés.

Comme tout concept un peu tordu nippon, on y trouve des fans, de nombreux hommes japonais rêvent de fréquenter ce genre de filles.

 

tsundere00b.jpg

* Asuka de la série Evangelion est à ma connaissance le premier personnage tsundere célèbre dans la japanimation.

 

 

* Mais dans la réalité, existe t'il vraiment des tsundere ?

 

Personnellement, je répondrais que non, pour la bonne et simple raison qu'une fille ne se caractérise pas par seulement deux traits de caractères (chieuse et gentille), elles sont bien (trop?) plus compliquées que cela...

Mais attention, certaines japonaises otaku n'hésitent pas dans la vie de tous les jours, de jouer ce rôle. Et pour plaire, se démarquer des autres demoiselles, elles jouent "à la tsundere". Mais ceci n'est évidemment qu'une façade.

Je ne considère pas le fait de jouer un personnage comme de la réalité.

Pareil pour les maids tsundere, car oui, forcément vu le succés de ce genre de filles aurpès des hommes otak', des hommes d'affaire ont exploité le filon en ouvrant des cafés sur ce thème. 

C'est comme un "maid café" classique, avec costumes, décors kitchs, etc. mais avec des serveuses tsundere.

 

 

C'est du pipeau mais ça a l'air de fonctionner... Il en faut peu aux otaku pour les satisfaire. Bon, en grattant bien, j'en suis sûr que la majorité des fans de ce type de filles virtuelles doivent aussi aimer les filles SM, et les trucs bizarres...

 

tsundere01b.jpg

* Izumo, personnage tsundere dans l'une des séries de japanimation récente "Ao no Exorcist", en mauvaise posture...

 

 

 

...j'aime.

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 09:53

Ce mardi 07 juin 2011, durant la grande messe annuelle du jeux vidéo de l'E3 à Los Angeles, Nintendo a présenté sa nouvelle console : Wii U.

 

wiiu1

 

Bon, c'est évident même si on n'a pas le détail technique de la bête mais ça ressemble clairement à une Wii version HD ??!

Mais ce n'est pas la raison de cet article, mais d'abord regardons plutôt cette vidéo.

 

 

Oui, c'est clairement une Wii HD qui ne semble pas apporter grand chose de nouveau... sauf... la nouvelle télécommande :

 

wii-u-controller.jpg

 

Quand, j'ai vu les présentateurs de Nintendo la brandir devant l'audience, j'ai tout de suite tilté ! 
Mais, mais c'est un controleur de karaoke !! 
Eh oui, souvenez de mon article sur le sujet ==) Le karaoke, un loisir intime.

 

wiiu3.jpg
* La denmoku, la télécommande pour sélectionner vos chansons dans les karaoke.


C'est carrément flagrant !


Bon alors, rien de bien innovant là-dedans, et on est loin d'une "révolution" technologique. Par contre, ça laisse à présager que la future console de Nintendo se spécialisera dans la musique et pourquoi pas dans le karaoke ?! 
Y a bon même si, évidemment, je ne vais pas me jeter sur cette console à sa sortie comme je l'avais fait pour la Wii à son époque. A l'heure actuelle, je ne suis pas prêt à lâcher ma chère xbox360.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 16:13

Les japonais aiment rire, nous allons découvrir aujourd'hui, un autre style de bouffonerie. Précédemment, je vous avais parlé des duos, le manzai, maintenant nous verrons les solitaires, les comiques pratiquant le one-man-show à la japonaise : le rakugo.

Cet art est très ancien, datant de l'ère Edo (1603-1868), il consiste à un conteur de faire rire l'assemblée en restant assis sur ses genoux et en utilisant pour animer ses sketchs que deux ustensiles : un éventail et un mouchoir. Le conteur utilise donc ces outils pour exprimer les différents gestes de ses personnages. En effet, il joue plusieurs personnages avec qui il crée des dialogues en changeant d'expressions du visage et de voix. Il utilise énormément le mime pour détailler les actions qui se déroulent durant son histoire.

 

rakugo00.jpg

* L'éventail et le mouchoir, les deux ustensibles indispensables du rakugo.

 

Le comédien est toujours habillé en kimono et est assis sur un coussin qui lui même se trouve au dessus de nattes de tatamis. C'est la marque de fabrique du rakugo, un décor très épuré et l'immobilisme de son conteur.

Les histoires sont racontées très très rapidement et les situations sont vraiment cocasses. Comme dans nos bonnes blagues, il y a toujours une chute à la fin.

 

rakugo01.jpg

* Un décor sobre, des tatamis, un japonais en kimono sur ses genoux et un micro, voilà le rakugo.

 

C'est vraiment agréable d'assister à une représentation de rakugo, on rigole forcément suite aux dialogues truculents et aux mimiques du conteur. Les histoires sont toutes simples mais on ne peut rester insensible devant tant de maîtrise du comédien pour nous décrire son univers.

 

Il n'est pas vraiment nécessaire de comprendre parfaitement le japonais pour l'apprécier. Juste avec les mimiques et les gestes du conteur on passe à coup sûr un très bon moment de détente.

 

rakugo03

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 16:18

Toute personne se rendant au Japon est obligé de voir durant son séjour au moins une salle de pachinko. Il y a des salles dans tous les grands quartiers de toutes les villes nippones. Extrêmement bruyantes et excessivement éclairées, elles sont immanquables.

 

Le pachinko semble être né dans les années 30, c'est un jeu électronique qui consiste à récupérer le maximum de billes en métal qui débitent de haut en bas au travers d'une glace. Pour se faire, il s'y trouve en bas une grosse molette qui joue sur de minuscules ailettes afin de dévier des billes vers des trous pour les collecter. Au fil des années en plus des billes qui tombent, des minis jeux de chances y sont intégrés. Ces mini loteries permettent évidemment de récolter plus de billes si on y gagne. Bien sûr, au fil du temps elles se sont perfectionnées et elles sont de nos jours de véritables objets de haute technologie. Au Japon tout est sujet à devenir un pachinko, un film, une série TV, une star du Show-Biz, un conte pour enfant, etc. n'importe quoi est pretexte à la création d'une nouvelle machine.

 

pachinko00.jpg

* Voici une machine de pachinko d'avant guerre, on peut alors mieux y comprendre son mécanisme de base. Les billes pour être récupérées doivent atterir dans la petite alcôve tout en haut, le reste est perdu.

 

Ces machines abusivement bruyantes fascinent les japonais ce qui est d'autant plus étonnant c'est que ce n'est pas un jeu technique mais un jeu calculé !! La seule complexité de ce jeu c'est de savoir quelle machine vous donnera le plus de billes dans la journée. En effet, il n'y pas réellement de hasard dans ce jeu attrape nigaud, toutes ces machines sont programmées et réglées. Donc forcément certains pachinko vous feront gagner le plus de billes que d'autres. L'astuce réside à repérer les bonnes machines qui ont été réglées à être gentilles ce jour ou d'être copain avec un membre du staff qui vous donnera des tuyaux. Mais bon comme tout jeu de hasard électronique ca sera toujours le patron, pas le joueur qui gagnera le gros lot à la fin de la journée.

 

pachinko02.jpg

* Au fil des années les machines se perfectionnent et des écrans ont fait leur apparition, proposant de mini jeux de loterie et des animations pour distraire le joueur.

 

 

* Mais pourquoi ça marche ?! Qu'est ce qu'on y gagne ?!

 

 

Le pachinko est pour certain une véritable profession, des gens arrivent le matin et quitte la salle à sa fermeture en pleine nuit. Mais ce qui est vraiment aberrant c'est que ce jeu ne devrait pas rapporter de sous !! Et pourtant on peut y gagner, de plus il est interdit au moins de 18 ans d'y entrer, pourquoi ?!

On l'a déjà vu, les japonais adorent le bruit. Et c'est sûr pour être bruyant une salle c'est vachement bruyant !! Je dirais même plus, c'en est presque dangereux pour les oreilles tellement que le son des machines, de la musique, des billes qui tombent, etc est poussé à son maximum !! Mais ce n'est pas ça qui attire vraiment les clients. Ce n'est pas non plus, les jeunes hôtesses souvent très légèrement vêtues qui vous aident à ranger vos cagettes de billes. Même si ça y joue, ce n'est pas ça non plus qui fait déplacer et fait couper du reste du Monde des heures et des heures des centaines de milliers de japonais chaque jour.

 

pachinko01.jpg

* L'intérieur d'une salle de pachinko, des rangées de machines avec des allées encombrées de cagettes de billes.

 

Évidemment, c'est l'argent !!

 

Suite à la défaite de la deuxième guerre mondiale (on y revient presque toujours) les jeux d'argents sont interdits au Japon. Sauf certains paris basés sur des courses (chevaux, bâteaux, vélos, etc.) gérés par l'Etat et la loterie nationale. Donc, le pachinko ne rentre pas dans ces deux catégories. Comme expliqué plus haut le but de ce jeu est de récupérer le maximum de billes. Ces billes récupérées sont ensuite comptabilisées dans des machines. Un certains nombre de points y est donné aux joueurs par rapport à son résultat. Ces points sont matérialisés par des plaques en plastique (comme dans nos fêtes foraine) et sont échangeables contre des cadeaux dans une petite boutique à l'intérieur du magasin. On peut y échanger, des peluches, des confiseries, des jouets, des objets du quotidien, etc. mais pas de cash !!!

Bien sûr, très vite les patrons et les yakusas ont flairé le bon coup, s'il y a de l'argent en jeu, cela va le pimenter, alors dès les années 50, il était possible d'échanger directement avec des mafieux ces plaquettes contre de l'argent réel. Au fil des années, vu que la Police ne disait pas grand chose (hum hum), de petits box installés dans de petites ruelles adjacent des salles de pachinko pratiquaient le change discrètement.

Depuis le milieu des années 90, la pratique c'est tellement généralisée que maintenant, ce sont les salles eux-même qui pratiquent l'échange. Mais attention, pas dans le magasin, non toujours dans la petite ruelle par le biais d'une fenêtre à peine dissimulée. Car oui, c'est toujours illégal, mais qui s'en soucie ?!

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 14:32

Au Japon, Tôkyô Disneyland fut crée en 1983, bien avant celui de Paris. S'en suit en 2001 Disney Sea qui est un autre parc adjacent au principal, complété par une cité remplie d'hôtels, bienvenue à Disney Resort Japan !!!

 

Le Resort se situe dans la préfecture de Chiba à Urayasu environ à une heure du centre de Tôkyô. Arrivé à la gare principale, un magnifique monorail gratuit relie les deux parcs et la cité des hôtels.

Ils ont deux entrées différentes et vous avez besoin d'un pass (appelé passeport) pour chaque parc au prix de 5800 yens (env. 55 euros).

disney01.jpg

* Disneyland Resort Yôkoso !

 

Pour le Disneyland, il n'y a rien à grand chose à dire, à part quelques attractions qui varient d'un pays à l'autre, les plus connues sont là... Je ne vais pas faire un tour des attractions, de magnifiques report, sont disponibles ici et .

Mais, ce que je peux en dire, c'est qu'il ressemble beaucoup à celui de Paris, et au niveau des attractions, il est moins attrayant que le notre. Il faut bien comprendre qu'à la différence de nous les européens, les japonais viennent rarement au parc pour apprécier le parc et son univers. Les magasins et la parade ayant la part haute pour les japonais. Ce parc est un lieu de divertissement pour les familles et les amoureux !! Les jeunes, à la recherche de sensations fortes devront allaient voir ailleurs (au Fuji-Q Highland, par exemple).

 

Oui, car certes les attractions sont rares mais les japonais en font très peu. Ils passent leur temps à flâner dans les boutiques et à acheter toutes les conneries possibles et inimaginables (gadgets, jouets, bonbons, chocolats, biscuits, etc.)... Le produit phare étant les oreilles de Mickey qui se vendent à des quantités pharaoniques !! La honte ne tue pas le japonais, et les filles n'hésitent pas à acheter des accessoires de costume les plus ridicules qui soit et les porter fièrement. Ce qui est vraiment marrant, c'est de voir dans le train de retour ces filles avec leurs oreilles de Mickey, c'est d'un ridicule !! Et plus on s'éloigne du parc, moins il y en a, elles comprennent finalement petit à petit qu'elles sont vraiment ridicules avec leurs accessoires et donc les retirent discrètement.

 

Revenons à Disneyland, des japonais(es) n'hésitent pas à payer les 5800 yens pour juste visiter les boutiques et voir la parade après l'école ou le travail !!

Certes, la magie fonctionne mais tout sent le fric à plein nez. On est beaucoup plus inciter à consommer qu'en France.

 

disney02.jpg

* Tôkyô Disneyland avant d'être un parc d'attraction, c'est surtout un grand magasin.

 

A Disney Sea, les attractions sont plus intéressantes. Au début je croyais que c'était un parc aquatique mais en réalité c'est juste un autre Disneyland avec comme thème principal, l'eau. Au centre, ils ont construit un grand lac entouré de multiples décors mélangeant le réel avec l'architecture vénitienne et l'irréel avec l'univers de notre Jules Verne national. Il cible tout particulièrement les jeunes et les amoureux. C'est un endroit parfait pour concrétiser lors d'une première sortie entres amoureux. C'est le rêve pour emballer.

 

disney03.jpg

* Disney Sea n'est pas un parc aquatique mais un Disneyland ayant pour thème l'eau.

 

Tôkyô Disneyland resort oui !!! Si vous y venez avec votre famille ou en amoureux, sinon passez votre chemin si vous n'êtes pas un irréductible du nyanyan Disney.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 11:55

Dans les années 80-90, une série sportive animée en France cartonnait. Elle s'appelait en français Olive & Tom et en japonais Capitaine Tsubasa (ailes d'ange). Cette série nous présentait des jeunes qui jouaient au football comme des Dieux. Ce qui était vraiment rigolo, c'était qu'ils étaient en primaire, qu'ils devaient avoir au début de l'histoire dans les 6 ans mais qu'en France, ils avaient une voix d'adolescent dans les 13-14 ans...

Ce qui faisait avant tout le succès de ce show c'était les coups spéciaux des frappes des joueurs et leurs charismes incroyables. Comme ils étaient super forts, ces merdeux arrivaient à remplir des stades et à être filmés par les chaînes de télévision...

N'importe quoi, enfin pas tout à fait. Bien sûr, il n'est pas possible de produire dans la réalité le coup de pieds du faucon, mais il y a deux évènements sportifs concernant des mineurs qui attirent aussi la foule et les télévisions.

Ce n'est pas au football mais au sport numéro un au Japon, le baseball !

Cet événement appelé le kôshien se déroule en août et en mars. Et vous me croirait ou non, passionne des millions de japonais chaque année.

 

koshien03

* Comme dans Capitaine Tsubasa, la foule est présente pour assister à un match où s'affronteront des mineurs.

 

 

Le kôshien est un tournoi de baseball qui se déroule deux fois par an, en août et en mars.

Il se déroule à Nishinomiya dans la région du Kansai dans le fameux stade Kôshien de l'équipe Major Hanshin Tigers. Ces tournois regroupent l'élite du baseball lycéen. A chaque match, le stade est rempli et ils sont suivis par des millions de passionnés de tout âge devant leurs télévisions. Y participer est le rêve de la plupart des garçons japonais.

 

Comme l'année scolaire commence en avril, le tournoi d'août, le Kôshien d'été est le premier tournoi de l'année, il est le plus grand et le plus célèbre des deux.

Le principe est simple, chaque lycée d'un département possédant un club de baseball peut participer aux éliminations qui mènera la meilleur au tournoi.

Voici quelques chiffres, au Japon il y a 5418 lycées en 2005 (env. 95% d'entre eux ont un club de baseball). Seulement 49 équipes gagnent leurs tickets pour la compétition. Au Japon, il y a 47 départements. Comme à Tôkyô il y a beaucoup de lycées, ils ont divisé la capitale en deux, l'est et l'ouest. Pareil pour Hokkaidô, on divise l'île en deux, nord et sud et voilà deux équipes en plus, ce qui nous en donne bien 49.

 

koshien00

* Dans une vie, un japonais n'a que trois ans pour pouvoir participer au Kôshien.

 

Alors forcément, peu de lycées peuvent se vanter dans leur histoire d'y avoir été sélectionnés.

C'est un réel honneur d'y participer, certes le gagner est mieux mais pouvoir dire : « on y était » est très prestigieux.

Comme vous pouvez le deviner, on y retrouve presque chaque année les même équipes, des lycées s'étant spécialisés dans le baseball, ils recrutent des jeunes de tout le pays et des coachs renommés, payés à coup de millions.

En effet, c'est très bénéfique pour un établissement privée de participer à un tel événement médiatique, ça leur fait une énorme publicité ce qui forcément attirent de nombreux nouveaux élèves chaque année et donc leurs rapportent énormément de frics.

Les lycéens ne touchent pas d'argent durant le tournoi, quelques sponsors participent à l'évènement mais la gestion de cet événement est géré par la fédération du baseball lycéen et par des journaux nationaux.

 

Pour le tournoi du printemps, il se déroule entre fin mars et début avril, il est moins célèbre mais est quand même bien suivie. Il regroupe 32 équipes sélectionnés par la fédération. Ce sont généralement les meilleurs équipes du tournoi de l'été passé.


* Pourquoi cet événement a autant de succès populaire ?!

 

Ce n'est pas nouveau le Japon est un pays élitiste, et voir ces jeunes tout donner pour leur sport sans arrière-pensée pécuniaire jouer à 100% avec leurs cœurs, touchent les japonais.


Kôshien ganbare !!

 

Bon courage pour le Kôshien !

 

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 13:59

Les japonais, c'est connu, adorent prendre des bains. Dans les temps reculés, il était de coutume d'oragniser une fois par semaine au milieu de la place publique un bain géant chauffé. On y mettait une sorte de grosse citerne en bois et tous les villageois en tenue d'Adam et Eve y barbotaient.

Alors au fil des siècles des établissement spécialisés firent leur apparition.

Ils seront classés en deux catégories :

- Les bains naturels : les onsens

- Les bains chauffés artificiellement : les sentôs

 

* D'abord quelques petites précisions,

 

- Les onsens sont des bains chauds japonais. L'eau est naturellement bouillante, prélevée sous-terre dans des régions volcaniques. La température y est généralement entre 34° et 42°. Ces bains se situent donc souvent dans des régions montagneuses.

Les onsens peuvent être en extérieur ou en intérieur, publics ou privés.

 

- Les sentôs sont aussi des bains chauds mais l'eau y est chauffée artificiellement. L'eau y est généralement proposée à plus de 42°C donc elle est à plus haute température que celle dans les onsens car plus elle est chaude est moins les microbes peuvent se propager. On en trouve dans toutes les grandes villes ou à la campagne. Ils sont toujours fermés et hélas sont en voie de disparition...

 

onsen00

* les onsens en extérieur : les dotenburo, le must mais attention pas de serviette dans la réalité.

 

 

= LES ONSENS =


Qui n'a jamais entendu parlé ou vu dans un animé, drama ou autre film japonais des scènes d'extase où les héros se prélassent dans une sorte de jacuzzi en plein air ?!

 

* Où en trouver ?!

 

Les onsens sont situés dans les régions volcaniques et des villes comme Hakone, Beppu, Kinosaki, Gero, etc. qui en ont fait leur spécialité.

Privés ou publics, ils peuvent être en plein air en libre accès, dans des établissements privés spécialisés en intérieur ou extérieur ou dans des hôtels...

Ils sont généralement collectifs avec séparation des hommes et des femmes mais, il en existe aussi de très rares dans la campagne qui sont mixtes. Et enfin, on peut en louer des privés pour s'y prélasser à loisir avec sa famille ou avec s(on)(a) concubin(e).

 

* A quoi ça sert ?!

 

Bien sûr c'est conseillé pour les rhumatismes, les courbatures, etc. Mais pour les soins thérapeutiques, c'est surtout la source qui en définira les bienfaits. Donc tout dépendra de quels maux vous voulez vous soigner et alors, vous devrez vous rendre à tel ou tel source.

Mais, les personnes se rendent dans les onsen avant tout pour se détendre.

Car rien de tel qu'un bon bain d'eau chaude pour se relaxer et oublier tous ces soucies du quotidien...


* Comment ça marche ?!

 

Beaucoup pensent qu'il faut porter un cache-sexe comme on peut le voir dans les séries. Mais non, dans les onsens on est nu intégralement. C'est pour cela d'ailleurs que très généralement les hommes sont séparés des femmes. Mais, il est vrai que dans certains parcs de loisirs, il est possible qu'il y ait des onsens où il est demandé de porter un maillot. Dans ce cas là, il n'est pas nécessaire de se laver avant d'entrer dedans.

 

Donc, d'abord soit vous apporté vous même le matériel, soit on vous le prête soit encore il est prévu sur place. Le matériel consiste à une petite bassine en plastique, une petite serviette qui vous servira de gant de toilette et d'une serviette pour vous sécher.

Puis, on sépare les hommes des femmes, chacun se rendant dans les vestiaires de leurs sexes.

Je fus étonné de voir qu'à la différence d'en France, il n'y avait généralement pas de cabines pour se changer mais juste des bancs et des casiers. Il ne faut pas trop être pudique...

Puis ainsi dévêtu, on se dirige vers les douches où on doit se laver des pieds à la tête et ne rien oublier. Si vous êtes étranger, on vous regardera avec insistance au début c'est pour cela que par respect, un étranger doit rester deux fois plus de temps pour se laver. Ça les rassure...

Ensuite, enfin direction les bains pour une longue séance de farniente. Le bonheur étant plus grand si vous êtes en extérieur de pouvoir observer le paysage des alentours.

 

* A noter

 

Les onsens se situant en extérieur sont souvent séparés par une grosse cloison pour ne pas pouvoir allé zieuter chez les filles.

Toujours en extérieur et à la campagne, faîtes attention aux singes. Ces animaux adorant les sources d'eau chaudes viennent squatter la nuit quand il y a personne et comme ils sont jaloux et agressifs, ils n'hésitent pas pour essayer de faire partir les indésirables, de lancer leurs excréments sur vous.

Il est de coutume qu'après un bon bain de boire soit une limonade (appelée ramune) ou un café glacé en cannette.

Et parfois de manger des onsen tamago, des oeufs cuits dans des onsen.

Attention aussi, de nombreux établissements proposant des onsens même à la campagne chauffent artificiellement l'eau. Faîtes attention de ne pas vous faire avoir.

 

onsen01

* Des hôtels somptueux proposent des étages entiers d'onsens.

http://web.travel.rakuten.co.jp/share/HOTEL/859

 

 

= LES SENTÔ =


Certains sentôs de quartier n'ont pas évolué depuis la deuxième guerre mondiale et utilisent les même machines qu'à l'époque de l'Empire.

 

* Où en trouver ?!


Théoriquement, il y en a au moins un par quartier et dans chaque village. On les reconnaît par deux éléments. Ils ont toujours une petite cheminée qui évacue la vapeur et une entrée pittoresque.

 

sentou01

* On reconnait un sentô par son entrée pittoresque et par le caractère du bain : you ゆ à l'entrée.

 

* A quoi ca sert ?!


C'est tout aussi bien un lieu de détente mais aussi d'hygiène. De nombreuses personnes âgées aiment se rendre tous les jours dans les sentôs pour se laver. C'est quand même bien plus convivial que de rester dans sa petite baignoire ridicule.

Oui, on peut comparer les sentôs à des bains publics. Et donc peuvent avoir une hygiène douteuse selon les quartiers.

 

* Comment ça marche ?!

 

C'est comme pour les onsens sauf qu'ils sont tous (enfin je crois) séparés hommes et femmes.

Comme c'est en ville, et pas en hôtel on ne vous propose pas de matériel. Vous devez vous même apporter la petite bassine qui contiendra :

- une petite serviette qui vous servira de gant de toilette

- du savon, du shampoing et de l'après shampoing (rinse en japonais) [évitez d'utiliser ceux proposés aux pieds des douches ils sont très souvent de très mauvaises qualités, ça serait surtout dômmage d'avoir des cheveux qui tombent quelques jours après votre passage...]

- votre serviette

A noter que la bassine vous servira de tabouret.

 

sentou02

* L'intérieur classique d'un sentô, noté les robinets de douche bas et la classique fresque murale.

 

On entre dans l'échoppe où généralement s'y trouve une petite vieille à l'entrée qui a vue sur les deux vestiaires (imaginez le nombre de biroutes qu'elle a pu voir dans sa carrière, bigre). Elle est surtout là pour récupèrer les 2-3 euros nécessaires pour l'entrée.

Vous vous déchaussez et vous vous dirigez vers un casier pour y mettre vos affaires.

Et c'est partie pour la douche. Et là vous devrez vous lavez entièrement.

A la différence de l'onsen, il y a souvent plusieurs bains :

  • bain moyen chaud

  • bain très chaud

  • bain électrique

Je ne m'arrêterai que sur les bains électriques... Déjà, la première fois que j'ai vu ce nom, j'ai bien bad tripé. En faîtes ce bain par un mécanisme que j'ignore envoie de petites ondes électriques et vous chatouille les poiles quand vous y pénétrez. J'ai essayé, c'est pas vraiment douloureux mais très désagréable, je n'ai pas pu tenir plus d'une minute dedans. C'est comme si votre corps avait des fourmis partout, c'est horrible. Quel est son utilité ?!

 

 

= POUR FINIR =


  On me pose beaucoup la question sur le fait que la personne est black, blanc, jaune, vert, du comment réagiront les japonais fassent à ma nudité ?!

J'ai noté que récemment, comme maintenant il y a de plus en plus d'étrangers, les japonais sont moins choqués quand ils croisent un étranger dans un sentô mais il ne faudra pas s'étonner qu'au début vous serez observé sans retenu des pieds à la tête et puis quand ils auront vu que vous êtes comme tout le monde, ils vous laisseront tranquille.

 

Attention aussi aux tatouages, pour empêcher les fameux yakusa (mafia japonaise) de mettre le boxon, dans la majorité des onsens ou sentôs, ils interdisent l'entrée aux personnes possédant des tatouages.

Peu importe la taille, vous risquez de vous faire refouler si un responsable en voit un.

Pour éviter tout problème, pensez à les cacher avec des pansements ou demandez à l'accueil s'ils vous acceptent.

Même si heureusement; cette règle tacite commence à disparaître...

Mais il faut mieux faire en sorte de pas avoir d'ennuis, c'est très embarrassant pour vous et le propriétaire de l'établissement donc il est bon que vous sachiez que les tatouages sont globalement interdits.

Pour finir, attention aussi aux blancs à la peau sensible, il n'est pas rare que vous puissiez y attraper aussi bien dans les onsens que dans les sentô des champignons indésirables...

 

sentou03

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 11:13

Au Japon on aime rire, le rire détend et les japonais ont bien besoin de détente !

 

Dans la région du Kansai depuis l'ère Heyan (794~1185 ap. JC) pour fêter la nouvelle année un duo de saltimbanque, l'un chantant des tirades humoristiques et l'autre jouant du tambourin passent de maison en maison apporter la bon humeur et la joie dans les foyers..

Au fil des siècles le chant disparu et fut remplacer par des blagues.

 

Ce duo de comique fonctionne à peu prêt comme avec nos clowns.

L'un qui joue le sérieux (le clown blanc) appelé le tsukkomi et l'idiot de service (l'auguste), le boke.

Avec la deuxième guerre mondiale, cette tradition disparue corps et âme.

Mais les entreprises d'entertainment nippon sentent le bon coup financier et décident de regrouper ces comiques et de les produire dans des théâtres spécialement conçus pour les recevoir.

Le plus important se trouvant forcément à Osaka, le : NGK (Namba Grand Kagetsu)

Bien entendu, le succès ne resta pas uniquement au sud-ouest du Japon et très vite ces comédiens se produisent aussi à la capitale.

 

* Comment fonctionne le duo ?!

 

Les manzai se produisent généralement à tour de rôle dans de petits sketchs de 4-5 minutes remplis de jeux de mots, de quiproquos, des imitations et de gags verbaux.

Les comédiens étant limité en temps, ils débitent des phrases à une vitesse ahurissante.

Habillés généralement sans artifice ils se produisent devant un micro à pied posé devant eux.

 

Une histoire commence souvent par le tsukkomi qui lance un sujet et le boke le coupe brusquement en racontant une blague liée au contexte.

Le tsukkomi rapplique alors et en profite pour frapper (plus ou moins fort) avec sa main l'idiot pour sa réplique impertinente.

Ainsi de suite.

 

manzai01.jpg

* Le duo "Pank bubu", numéro un au M1 grand Prix 2009.


* De quoi ils parlent ?!

 

Ils racontent souvent dans leurs sketchs des anecdotes vécues, des réflexions sur la vie quotidienne, leurs projets, etc.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'humour y est très léger et rarement gras.

Évidemment, il y a quelques blagues parlant avec quelques références au dessous de la ceinture.

Mais rien de trop raciste, graveleux, sexiste, vulgaire, etc. (enfin à la télé...)

Le texte est très travaillé et doit respecter (comme tout au Japon) un certains nombre de codes.

Enfin, les artistes ne pratiquent que très rarement des scènes mimées même si la tendance actuelle change. Ils préfèrent rester debout bien droit, stoïque devant la scène.

 

* Le M1 Grand Prix

 

Depuis 2001, vu l'énorme popularité de ces humoristes, la chaîne ABC organise chaque année un concours de manzai offrant au duo vainqueur un chèque d'un milliard de yens (près de 8 millions d'euros). Le deuxième... rien du tout.

Cette émission se déroule durant les fêtes de fin d'année et attire des millions de spectateurs devant leur télé.

A noter que n'importe qui peut se présenter au concours mais que le duo ne doit pas avoir plus de dix ans d'existence.

 


* Le
manzai "owaraimehi" a terminé deuxième cette année, c'était leur dernière chance mais ils ont eu énormément de succès avec le sketch du torijin (l'homme poulet).

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 23:09

Le karaoke ne vient pas du Japon comme beaucoup de français pense mais des Etats-Unis. Par contre, c'est au Japon que cet hobby a vraiment explosé.

 

Vous connaissez tous ce qu'est le karaoke, ce loisir qui consiste à chanter avec un micro en face d'un écran où y est affiché les paroles de chansons célèbres...

 

Mais ce que n'a toujours pas encore compris les occidentaux, c'est que ce passe-temps n'est pas que réservé aux campings ou aux bars ringards.

Non, il n'est pas nécessaire de se rendre ridicule à chanter faux devant des inconnus. Il y en a qui adorent mais le réel intérêt de cette activité est qu'elle doit être pratiquée dans un lieu privé.

 

Au Japon, on n'aime pas se montrer, alors chanter même bourré devant des inconnus, ça ne les tentent pas (et je les comprends fort bien). Après le boom économique d'après-guerre, de nouveaux loisirs ont vu le jour dans l'archipel. Outre le pachinko, le base-ball, le karaoke fait aussi son apparition. Et ça cartonne !!

 

Le principe est simple, on va dans des établissements privés appelés karaoke ou karaoke box et on y loue une salle plus ou moins grande en fonction du nombre de personnes dans le groupe.

Généralement le karaoke box propose des formules d'1h, de 2h, de 3h, etc. voir toute la nuit !!

Et ce qui est vraiment bien, c'est que la formule comprend presque toujours une boisson non alcoolisée offerte. C'est très salutaire car chanter donne soif, très soif !

 

karaoke1

* Nous pouvons bien y voir la télé, la sono, les micros sans fils, les cymbales, le menu plastifié, la télécommande, les canapés confortables, la climatisation et les gros bottins contenant toutes les chansons disponibles.

 


* Bon alors comment ça se passe ?!

 

On va prendre l'exemple d'un petit groupe de trois personnes.

Ce petit groupe entre dans l'établissement de karaoke, un leader est décidé. Il se présente à l'accueil note sur une fichette son nom, son numéro de portable, le nombre d'heures qu'ils pensent rester et le nombre de personnes de son groupe.

Le petit groupe attend très sagement que le leader du groupe soit appelé.

Enfin c'est son tour, il se présente au guichet confirme ce qu'il a écrit précédemment.

Ils désirent rester une heure, l'hôtesse leur remet alors deux micros sans fil et leur note sur un support où y est indiqué le numéro de la salle.

 

Une salle de karaoke porte bien son nom de box. Elle est composée pour la plus grande majorité d'entre elles par un énorme canapé de chaque côté avec une table au milieu, un meuble télé avec l'ampli et système sono, d'une climatisation et d'un téléphone mural. Il y a rarement une  fenêtre et juste la porte permet d'y entrer et de sortir. Ces box sont très biens insonorisés.

 

Après s'être bien installé, le groupe regarde le menu se trouvant sur la table. Il est composé d'une page recto-verso plastifiée. Il y est proposé tout un tas de boissons non-alcoolisées, des cocktails et quelques victuailles tel que des aliments fris, des plats de pâtes, des petites pizzas, etc.

Rien de bien consistant mais suffisant pour caler une petite faim.

  Mais comme la première boisson est gratuite, nos amis ne commanderons que trois cola.

 

C'est enfin le moment de commencer à chanter.

Pour choisir sa chanson favorite, il faut chercher dans un énorme bottin où y référencé toutes les chansons qui sont classées par artiste, thème, ou même langage.

Dès que la chanson est trouvée, elle est identifiable par un code et avec l'aide d'une télécommande on y entre les chiffres qui permettent à la machine de retrouver la musique.

Depuis quelques années, il est possible de trouver ses chansons grâce à un petit moniteur électronique et d'un stylet. Mais les japonais préfèrent encore de chercher sur le bottin, ça reste la méthode la plus rapide.

 

karaoke2

* Le nouveau système pour rechercher et lancer les chansons désirées mais il reste trop technique, le bottin étant plus simple et plus rapide à utiliser.

 

Enfin le titre choisi se lance et l'un des amis chante.

Il est parfois accompagné d'un ami au chant et l'autre tape le rythme avec une cymbale.

Il existe bien évidemment des chansons en duo avec des couleurs sur les lettres pour reconnaître la partie chanter par l'homme et par la femme.

Les vidéo-clips sont rarement officiels et sont souvent des vidéos de la vie quotidienne montées pour coller un peu avec la chanson. Ces vidéos sont souvent extrêmement kitch, rien ne vaut les clips originaux.

 

Le téléphone de la salle sonne, le leader répond, il ne reste plus que dix minutes, comme ils s'amusent super bien. Il demande de rajouter une heure.

 

Et c'est repartie pour un tour.

 

 

* Et en couple ?

 

Le karaoke c'est un bonheur pour draguer ou passer du bon temps avec sa concubine.

En effet, il est rare au Japon de pouvoir se retrouver seul. Le karaoke est un très bon moyen de se rapprocher d'une fille !!

Hélas dans la plupart des salles, elles sont équipées de vidéo-surveillance et si ca va trop loin, un employé viendra vous interrompre et vous préciser que le karaoke ce n'était pas un baisodrome !

Et je vous assure, se faire chopper, c'est extrêmement humiliant et ça coupe toute envie. Alors si vous voulez emballer et peser, préférez un établissement vétuste qu'un bâtiment dernier cri.

 

karaoke3

* Un lieu où l'on peut être intime mais attention aux caméras !!

 

Le karaoke est une activité ludique extrêmement amusante. On y passe toujours des heures mémorables. Son succès ne vient pas du concept de chanter dans une boîte mais de se retrouver en petite communauté et de s'amuser ensemble.

Mon rêve serait de créer une chaîne de karaoke box mais, il me faudrait plusieurs centaines de milliers d'euros pour commencer...

 

Qui veut investir ?

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Hobby Japan
commenter cet article

Présentation

  • : Japon Weird
  • Japon Weird
  • : Le Japon, le pays de tous les extrêmes. Venez découvrir la face cachée de ce pays pas aussi propre ni si paradisiaque que l'on veut bien nous faire croire...
  • Contact