Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:42
I'm bach ! Ah non, Beethoven. 
Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 10:24

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 23:35

Ce dimanche 27 février dernier au matin, je reçois dans ma boîte mail, un e-mail m'apprenant la venue de Keisho Ohno, le soir même à 20 km de chez moi !! O joie !!

Mais, ce qui est rigolo, c'est que la star ne va pas jouer n'importe où, pas dans une salle à 3000 places ou dans un bar huppé, nooon, Monsieur et sa troupe vont jouer dans un mini restaurant - bar dans une station de ski de fond paumé dans les Bauges... A Saint François de Sales...

 

keisho.jpg

 

* Qui est Keisho Ohno ?

 

Monsieur Ohno est un joueur de shamisen, la guitare japonaise au son très particulier, maître dans sa discipline, il arrive avec magie à mélanger la musique traditionnelle japonaise et son moderne.

 

Bref, après 1h de retard, le voilà arriver sur scène avec ses 2 musiciens : un joueur de Shakahuchi (la flûte japonaise), tromboniste et un joueur de tambour / taïko. Il ne nous jouera que 5-6 compositions grand max mais voilà, la magie était bien là !!

 

Et qu'elle harmonie !!!

 

 
Que c'est bon !!

 

D'ailleur, j'ai acheté son CD.

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 11:34

Le gagaku (musique savante, impériale) est la musique traditionnelle japonaise datant d'un autre âge.

Aux sons extrêmements stridents, elle surprend. Ses notes font mal aux oreilles et peuvent même faire sourire à la première écoute. En effet, il faut vraiment être un grand mélomane pour arriver à apprécier ce genre de "bruit".

Même au Japon, il n'est pratiqué que par les religieux et par quelques adeptes.

Le gagaku fut très populaire durant l'ère de Nara (710-794) et de Heian (794-1185), c'était la musique officielle à la cours impériale. On pourrait peut-être, la comparer à notre musique de chambre ? Mais en version bien plus asiatique et stridente.

 

Elle est employée dans quatre genres d'art :

- le mikaruga, de fonction religieuse, elle sert aux célébrations du culte shintô

- le kangen, musique utilisant le gagaku

- le bugaku, la danse qui est accompagnée par le gagaku

- l'utamono, le chant qui est le seul à ne pas avoir un caractère religieux.

 

Pour le shintôisme, le gagaku se joue, il ne se chante pas.

 

gagaku00.jpg

* le gagaku est la musique traditionnelle japonaise depuis l'antiquité.

 

* I/ Le gagaku est décomposé en trois classements d’instruments :

 

* Les instruments à cordes (fonction rythmique) :


- le biwa est surtout employé pour le rythme

gagaku01.jpg

 

- le koto (apparition : 710-784)

gagaku02.jpg

 

- le wagon 

gagaku03.jpg


A noter que le koto et le shô sont des instruments pouvant servir à la divination.

 

* Les instruments à vent (fonction mélodique) :


- le shô (17 tuyaux dont 2 muets)

gagaku04.jpg

 

- l’hichiriki  

gagaku05.jpg


- le ryûteki + le koma-bue + le kagura-bue

gagaku06.jpg

 

* Les percussions :


- le taiko (moyen tambour)

gagaku07.jpg

 

- le shôko (petit tambour--gong)

gagaku08.jpg

 

- le kakko (utilisé par le chef d’orchestre)

gagaku09.jpg

 

- le sannotsutzumi (sanko)

gagaku10.jpg

 

- le shaku[byôshi] 

gagaku11.jpg


- le da-daiko (le grand tambour d’apparat du gagaku)

gagaku12.jpg

 

II/ Le kangen :


Il existe deux styles de kangen :

- la Gauche qui représente l’Est (les vents)

- la Droite qui représente l’ouest et plus précisément : la Corée

A première vu, il se différencirai pas les sons du shô ?

   

III/ Le bugaku :

 

gagaku13

 

Le bugaku, c'est la danse effectuée durant un récital de gagaku. Le danseur est souvent masqué et habillé d'un lourd kimono somptueux. Il utilise un bâton court ou long durant sa chorégraphie.

 

IV/ Les utamono :

 

Les utamono, les chants profanes, se classent en deux genres :

- les poèmes en chinois, rôei

- les poèmes en japonais, saïbara [issues de chants de palefreniers (pour faire avancer les cheveaux), qui par la suite ont séduit la cour…]

Ils sont composées de 3 instruments à vent, 3 à cordes et d’un shaku.

Chaque section est amorcée par l'intonation du chef de chœur avec ses plaquettes de bois, puis le chœur chante à l'unisson avec un accompagnement instrumental…

 

Bref, vous avez compris cet art n'est pas destiné à tout le monde. Le mieux étant de toute façon que vous vous forgiez votre propre avis, alors bonne écoute (un conseil, ne mettez pas trop fort).

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 10:00

* Comme le dit si bien notre petit ami québécois René Simard.
Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 22:38
Repost 0
Published by futomaru - dans Musique
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 22:30

Dur de ne pas éviter le phénomène ado tecktonik, son look, ses garçons avec leurs débardeurs fashions etc. Bref, vous devez en connaître plus que moi. Mais, tous les japonisants rigolent quand ces mêmes jeunes disent qu’ils sont précurseurs d’un nouveau style etc. Car au Japon, on a déjà la tecktonik depuis presque 10 ans, ca n’a pas le même style vestimentaire et c’est surtout plus pratiqué par les filles que les mâles, mais ca reste une danse techno ou les bras sont le moteur de la chorégraphie, ça se nomme : le para para.

 

Apparu timidement dans les années 80, le phénomène para para s’est généralisé en 1998 lorsque Takuya Kimura, la multi-star du boys band SMAP, en a fait des démonstrations à la télé. Au XXIème siècle, il est pratiqué majoritairement par les filles adeptes du style « gyaru (prononcer galou)» et par leurs copies versions masculines « gyaro (prononcer galo) » le para para, la danse qui utilise principalement les mains, perdure. Des mouvements très codifiés, des gestes amples, les jambes servant de métronome, on y bouge peu et ca fait mal aux yeux.  Je ne suis pas spécialiste et je ne veux pas perdre du temps à tout vous détailler cet art moderne aussi passionnant pour moi que l’arrivée du hip-hop dans les rues de Marseilleuhhh mais je tenais à vous en parler car cela me dépasse.

Quel intérêt dans cette danse où ses danseuses ne remuent presque pas leurs popotins ? Le para para a sûrement vu le jour dans les boîtes nippones qui arrivent à contenir un nombre incroyable de gens dans des endroits clos n’ayant souvent pas de porte de sortie de secours, bref si on veut y bouger son corps, on ne peut qu’y mouvoir ses bras en évitant d’envoyer un coup de coude au voisin.

 

* Le para para est une danse très pratiquée par la communauté gyaru.

 

Outre leurs vêtements ridicules, leurs cheveux blonds décolorés et leurs coupes de cheveux en hérisson, ce qui me dérange dans cette pratique, c’est l’inexpression totale de ses pratiquants, on dirait qu’ils s’emmerdent à remuer les bras en se dandinant horizontalement de gauche à droite.  SUPER…

Il n’est pas difficile de trouver dans la rue pret des gares des métropoles nippones, des groupes de jeunes gens qui s’y adonnent devant de grands miroirs offerts par les collectivités. S‘ils y passent des heures à s’y entrainer, c’est que ça doit leur plaire, si ça les amuse, pourquoi sont-ils tous aussi inexpressifs que moi lorsque je suis devant une œuvre moderne dans un musée et où j’y essaye de comprendre ce qu’il n’y a rien à comprendre ?

 

Même si la mode s’estompe, le para para, malgré tout, continue son petit bonhomme de chemin… Alors vous-êtes plus tecktonik ou para-para ?

Amis lobotomisés du cerveau, bonsoir.

 

Repost 0
Published by Japon Weird - dans Musique
commenter cet article

Présentation

  • : Japon Weird
  • Japon Weird
  • : Le Japon, le pays de tous les extrêmes. Venez découvrir la face cachée de ce pays pas aussi propre ni si paradisiaque que l'on veut bien nous faire croire...
  • Contact